La pilule contraceptive et autres contraceptions hormonales nuiraient à la sexualité

Les méthodes hormonales de contraception, telles que la pilule, le timbre (patch), l'injection ou l'anneau, auraient un impact négatif sur la sexualité, confirme une nouvelle étude présentée au congrès de l'American Public Health Association meeting.

Nicole Smith de l'Université d'Indiana et ses collègues ont analysé les données concernant 1,100 femmes actives sexuellement ayant participé à une étude en ligne de l'Institut Kingsey.

Elles étaient divisées en deux groupes: un groupe utilisant une forme hormonale de contraception et un groupe utilisant une forme non hormonale telle que le condom, le diaphragme, le stérilet ou le retrait.

Les participantes utilisant les deux formes de contraception rapportaient des niveaux de satisfaction sexuelle, dont fait partie l'intimité et le romantisme, similaires. Mais celles qui utilisaient la contraception hormonale ressentaient moins d'excitation, avaient des problèmes de lubrification, ressentaient moins de plaisir, obtenaient moins d'orgasmes et avaient des relations sexuelles moins fréquentes.

«Un grand effort a été fait pour rendre le préservatif plus agréable pour les hommes», commente la chercheuse. "Mais vous n'entendez pas parler qu'un même effort est dirigé vers la réduction de l'impact négatif de la contraception sur le fonctionnement sexuel des femmes. Cela ne fait tout simplement pas partie de la discussion."

Une étude allemande, publiée en 2010, montrait aussi que les femmes utilisant des contraceptifs hormonaux étaient plus susceptibles de présenter des troubles sexuels tels qu'une baisse du désir et une baisse de l'excitation sexuelle. Les auteurs, comme ceux de la présente étude, déploraient que la question demeure sous-étudiée

Voyez également:

Psychomédia avec source: Indiana University.
Tous droits réservés.