Lyrica, Neurontin, Gabapentine: abus, dépendance et sevrage (revue Prescrire)

Le Lyrica (prégabaline) et le Neurontin (gabapentine) indiqués dans les épilepsies partielles, les douleurs neuropathiques et les anxiétés généralisées (dans le cas du Lyrica) ont fait l'objet de notifications d'effets indésirables préoccupants auprès des organismes de pharmacovigilance de différents pays européens, rapporte la revue Prescrire dans son numéro de février.

Des personnes dépendantes réussissent à avoir accès à des doses très importantes de ces médicaments.

L'arrêt de ces derniers semble parfois accompagné de syndrome de sevrage, à tel point que dans certains cas, une hospitalisation a été jugée nécessaire.

Un usage détourné existe aussi chez les usagers de drogues en raison de l'effet "euphorisant" proche de celui des amphétamines.

Prescrire recommande aux médecins de peser soigneusement, pour chaque personne, les bénéfices de ces médicaments et précise que, dans l’anxiété généralisée, les bénéfices sont mal démontrés. Il appelle à informer les patients des risques, à être attentif aux demandes exagérées des patients et le cas échéant à initier un sevrage.

Voyez également:

Lire l'article sur le site de Prescrire: Abus et dépendances : gabapentine et prégabaline à surveiller

Psychomédia Tous droits réservés.