"Si seulement les patients savaient à quel point les soins médicaux peuvent faire du tort", écrivent Austin Frakt, économiste de la santé, et Aaron E. Carroll, professeur de pédiatrie à l'Université d'Indiana, en titre d'un article dans le New York Times. Si nous en savions plus, opterions-nous pour différents types de soins de santé?, demandent-ils.

Une nouvelle analyse publiée dans le JAMA Internal Medicine suggère que "nos attentes ne sont souvent pas compatibles avec les faits", rapportent-ils.

Tammy Hoffmann et Chris Del Mar des universités Bond et de Queensland (Australie) ont analysé 35 études qui évaluaient si les patients comprenaient les côtés positifs ou négatifs de certaines interventions.

La plupart des patients surestimaient les avantages des interventions médicales (traitements, test, dépistages) et sous-estimaient leurs effets négatifs, montre cette étude.

Les cliniciens devraient apporter une information exacte et équilibrée sur les avantages et les inconvénients d'interventions aux patients, leur offrant ainsi la possibilité de développer des attentes réalistes et de prendre des décisions éclairées, concluent-ils.

Les médecins, notent Frakt et Carroll, ne sont pas toujours bons pour informer des risques. Par exemple, dans une étude publiée en 2013 dans le JAMA Internal Medicine, seulement 10% des patients avaient été informés des risques de surdiagnostics et de sur-traitements liés aux tests de dépistage de cancers bien que 80% auraient souhaité connaître ces risques.

Cette étude et d'autres, rapportent Frakt et Carroll, suggèrent que les patients opteraient souvent pour moins de soins (exemple) s'ils étaient mieux informés sur les bénéfices et les risques potentiels.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: New York Times, JAMA Internal Medicine (2015), JAMA Internal Medicine (2013).
Tous droits réservés