Des études menées avec des jumeaux ont montré qu'un facteur génétique contribue au risque de trouble panique, mais les chercheurs en savent très peu sur les gènes spécifiques impliqués.

Deux des symptômes les plus communs et terrifiants du trouble panique sont des sensations d'essoufflement et de suffocation. Des études ont montré que des niveaux accrus de dioxyde de carbone dans l'air peuvent déclencher des attaques de panique chez la plupart des personnes atteintes de trouble de panique contrairement aux personnes n'ayant pas ce trouble.

Les mécanismes par lesquels l'inhalation de dioxyde de carbone produit l'anxiété ne sont pas bien compris. Une théorie est que le trouble panique implique un « système d'alarme de suffocation » hypersensible et que les attaques de panique surviennent lorsque cette alarme est déclenchée par des signaux comme la hausse des niveaux de dioxyde de carbone.

Des recherches antérieures chez les souris ont montré qu'une protéine appelée ASIC1a agit, indirectement, en tant que capteur de dioxyde de carbone dans l'amygdale, une région du cerveau importante pour la perception du danger et la peur, et que le gène ASIC1a régule l'anxiété induite par le dioxyde de carbone.

Un groupe international de chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Biological Psychiatry, a étudié la version humaine du gène ASIC1a, le gène ACCN2.

Jordan W. Smoller et Bruce M. Cohen de la Harvard Medical School ont, avec leurs collègues, comparé les variantes du ACCN2 chez 414 personnes atteintes de trouble panique et 846 personnes sans le trouble. Dans un autre groupe de personnes en bonne santé, ils ont analysé les liens entre les variations du gène et l'anatomie de l'amygdale chez 1048 personnes ainsi que la fonction de l'amygdale chez plus de 100 d'entre elles.

Les différentes variantes du gène ASIC1a étaient associées au trouble panique. Le lien était plus important chez les participants dont les symptômes respiratoires, dont l'essoufflement et la suffocation, étaient plus importants.

Les variantes du gène qui étaient associées à la panique étaient également associées à la taille de l'amygdale et une plus grande réponse de cette dernière à la menace émotionnelle, même chez les personnes sans trouble panique.

Ces résultats soulèvent la possibilité que des médicaments inhibant ou modulant la protéine ASIC1a pourraient être utiles dans le traitement de la panique ou d'autres formes d'anxiété et de peur, soulignent les chercheurs.

« Une fois de plus, nous voyons qu'un mécanisme qui est impliqué dans la peur et le risque de troubles de l'anxiété a son fondement dans un mécanisme fondamental de la survie  », note John Krystal, éditeur de la revue Biological Psychiatry.

Psychomédia avec sources : Elsevier, Biological Psychiatry.
Tous droits réservés