Le kratom, une « plante médicinale » promue comme étant un analgésique alternatif et qui connaît une popularité croissante aux États-Unis, agit de façon similaire aux médicaments opioïdes sur ordonnance, a mis en garde la Food and Drug Administration (FDA) américaine dans un communiqué le 6 février.

La FDA indique avoir identifié 44 cas de décès liés au kratom depuis 2011, dont 8 depuis novembre 2017.

Le kratom est un arbre originaire d'Asie du Sud-Est où ses feuilles sont utilisées depuis des siècles pour soigner la douleur et d'autres maladies.

Il est commercialisé sous forme de poudre et de gélule. Il est aussi proposé en boisson dans des bars spécialisés (qui offrent aussi le kava en boisson, une plante proche des benzodiazépines comme le Xanax).

Les scientifiques de la FDA ont analysé les structures chimiques des 25 composés les plus courants dans le kratom et ont conclu que tous les composés partagent des caractéristiques structurelles communes avec les analgésiques opioïdes contrôlés, tels que les dérivés de la morphine. Ils ont également constaté que les composés présents dans le kratom se lient fortement aux récepteurs mu-opioïdes, comme les médicaments opioïdes.

Les promoteurs du kratom soutiennent qu'il est plus sûr que les analgésiques opioïdes comme l'OxyContin et la Vicodine, qui ont contribué à la crise actuelle d'abus. Plus de 63 000 Américains sont morts en 2016 des suites d'une surdose de drogues, principalement d'opioïdes.

« Affirmer que le kratom est bénin parce qu'il “n'est qu'une plante” est à courte vue et dangereux », a déclaré le Dr Scott Gottlieb commissaire de la FDA. « C'est un opioïde. Et c'est un opioïde qui est associé à de nouveaux risques en raison de la variabilité de la façon dont il est formulé, vendu et utilisé à des fins récréatives ou en automédication contre la douleur ou pour le traitement des symptômes de sevrage des opioïdes ».

La FDA est également préoccupée par un certain nombre de décès dans lesquels le kratom a été associé à d'autres médicaments qui affectent le cerveau, dont des drogues illicites, des opioïdes sur ordonnance, des benzodiazépines (liste) et des médicaments en vente libre, comme le lopéramide (Imodium, un antidiarrhéique). (Les benzodiazépines [Xanax, Lexomil, Valium…] contribuent à la crise des surdoses d'opioïdes.)

La FDA a soumis son analyse à la Drug Enforcement Administration (DEA) qui envisage de classer le kratom dans la même catégorie de drogues illégales que l'héroïne et le LSD.

Psychomédia avec sources : FDA, New York Times (AP).
Tous droits réservés.