La sécheresse des yeux est parfois liée à certains médicaments dits atropiniques (ou anticholinergiques, ndlr), rappelle la revue Prescrire dans son numéro de novembre.

Les médicaments dits à effet atropinique « exposent à une diminution de plusieurs secrétions : salive, mucus bronchique, sueur, larmes. Ils sont cause de sécheresse oculaire, souvent réversible à l'arrêt du médicament. »

La sécheresse oculaire « se manifeste par de l'inconfort, des douleurs, voire des lésions de la cornée pouvant laisser des cicatrices et entraîner une baisse de la vision. »

« Les médicaments à effet atropinique sont d'usage courant dans des situations diverses et nombreuses. »

« Pour la plupart des atropiniques utilisés dans des incontinences urinaires, la sécheresse oculaire est mentionnée comme effet indésirable fréquent, souvent dose-dépendante, et dont la fréquence est très variable et difficile à évaluer.

Certains antidépresseurs ont des effets atropiniques et sont impliqués dans des sécheresses oculaires, par baisse de la sécrétion lacrymale (imipramine [Tofranil] et médicaments voisins) ou comme facteur de risque de sécheresse oculaire.

Beaucoup d'autres médicaments ont des effets atropiniques : certains neuroleptiques, des antihistaminiques H1, des antiparkinsoniens, des bronchodilatateurs, etc. »

« L'addition de plusieurs médicaments atropiniques augmente la fréquence et l'intensité des symptômes de sécheresse oculaire. »

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Prescrire.
Tous droits réservés