Le trouble d'excitation génitale persistante amène une détresse

Les femmes souffrant du trouble d'excitation génitale persistante, une condition rare caractérisée par des sensations non provoquées, persistantes et intrusives d'excitation génitale qui ne sont pas soulagées par un ou plusieurs orgasmes, souffrent souvent de dépression et d'anxiété reliées à ce trouble, selon une récente recherche publiée dans le Journal of Sexual Medicine. Elles présentent aussi fréquemment, selon l'étude, une histoire de victimisation sexuelle.
Ce trouble est accompagné de frustration, de culpabilité, d'anxiété et de détresse, selon ce qui serait la première étude sur le sujet.

Bien que la prévalence ne soit pas connue, ce trouble pourrait être plus fréquent que ce qui était cru.

Des centaines de femmes à travers le monde ont complété une enquête en ligne parue sur plusieurs sites internet portant sur la santé des femmes.

Les résultats de cette étude suggèrent, selon les auteurs, qu'une majorité de femmes qui souffrent de ce trouble ont aussi des maladies pré-existantes reliées au stress.

"La plainte d'excitation génitale persistante mérite une attention de recherche sérieuse puisqu'elle est accompagnée d'une grande détresse et que les causes et le traitement ne sont pas identifiés, affirme Sandra Leiblum, auteure senior de la recherche et ancienne présidente de la Société internationale pour l'étude de la santé sexuelle des femmes.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Blackwell Publishing. Tous droits réservés.