Un nouveau livre du philosophe australien Peter Singer, "The Most Good You Can Do; How Effective Altruism Is Changing Ideas About Living Ethically" (1) porte sur le mouvement international de l'altruisme efficace, un mouvement que ses propres idées ont largement contribué à inspirer.

Peter Singer est un philosophe très influent, notamment pour sa contribution au développement de la pensée éthique utilitariste.

L'altruisme efficace repose sur l'idée que vivre une vie pleinement éthique implique de faire le plus de bien possible, explique le professeur de philosophie de la morale et de l'éthique à l'Université Princeton.

« Obéir aux règles habituelles de ne pas voler, tricher, blesser et tuer n'est pas assez », dit-il, « ou du moins pas assez pour ceux qui ont la grande chance de vivre dans le confort matériel, qui peuvent se nourrir, se loger et se vêtir ainsi que leurs familles et qui ont encore de l'argent ou du temps disponible ».

Les personnes les plus actives dans le mouvement de l'altruisme efficace ont tendance à être des millennials, souligne-t-il, mais les plus vieux philosophes, dont fait partie Singer, ont discuté d'altruisme efficace avant qu'il ait un nom ou soit un mouvement, dit-il. La branche de la philosophie dite de l'éthique pratique a joué un rôle important dans le développement de l'altruisme efficace.

La philanthropie est une très grande industrie, rapporte-t-il. Aux États-Unis seulement, il y a près d'un million d'organismes de bienfaisance, recevant un total d'environ 200 milliards de dollars par année avec 100 milliards additionnels donnés à des congrégations religieuses. Un petit nombre d'organismes de bienfaisance, dit-il, sont les fraudes pures et simples, mais un problème beaucoup plus important, est que très peu d'organismes de charité sont suffisamment transparents pour permettre aux donateurs de juger s'ils font réellement du bien.

La plupart de ces 300 milliards de dollars sont donnés sur la base de réponses émotionnelles à des images ou à des témoignages émouvants. L'altruisme efficace cherche à favoriser les décisions rationnelles et à inciter les organismes de bienfaisance à démontrer leur efficacité. Déjà le mouvement oriente des millions de dollars aux organismes qui réduisent le plus efficacement la souffrance et la mort causée par l'extrême pauvreté.

Il est beaucoup plus éthique, par exemple, de donner à des organismes qui utilisent l'argent pour sauver plusieurs vies que de donner à un musée, a expliqué Singer dans le New York Times. Il est beaucoup plus éthique aussi de sauver plusieurs vies avec une même somme qu'une seule ou quelques unes (pour ce, il est généralement plus efficace de donner à des organismes qui œuvrent dans les pays les plus pauvres).

Jusqu'à récemment, il n'était pas possible de savoir quels étaient les organismes les plus efficaces, explique-t-il. Mais une sérieuse évaluation a commencé il y a six ans, indique-t-il, avec la création de l'organisme de bienfaisance à but non lucratif GiveWell.

« La réflexion sur les champs qui offrent l'impact le plus positif pour votre temps et votre argent est encore à ses balbutiements, dit-il, mais avec la croissance du nombre d'altruistes efficaces qui étudient ces questions, nous commençons à voir des progrès réels. »

(1) « Le plus de bien que vous pouvez faire ; comment l'altruisme efficace change les idées sur la façon de vivre éthiquement ». Peter Singer est l'auteur d'une vingtaine de livres dont certains ont été traduits en français, notamment : La Libération animale (1993, traduction 2012), Questions d'éthique pratique (1997), Sauver une vie. Agir maintenant pour éradiquer la pauvreté (2009).

Psychomédia avec sources : Yale University Press, The Life You Can Save, The most Good You Can Do, New York Times
Tous droits réservés