Être riche au moyen-âge ne comportait pas seulement des bénéfices, mais entraînait presque inévitablement des habitudes liées à de graves problèmes de santé, selon une étude danoise publiée dans le Journal of Archaeological Science : Report.

Seulement les gens riches de la ville pouvaient se permettre de manger et de boire dans de belles tasses et assiettes vernissées et colorées. Mais ce vernis contenait du plomb, un métal lourd, qui se retrouvait dans le corps quand les gens consommaient des aliments salés ou acides.

Kaare Lund Rasmussen, de l'Université de Southern Denmark, et ses collègues ont effectué des analyses chimiques de 207 squelettes de 6 cimetières au Danemark et en Allemagne.

Il n'y avait pratiquement pas de plomb dans les squelettes des gens vivant en régions rurales alors que les niveaux étaient très élevés chez les gens vivant dans les villes.

Au Moyen Âge, les Danois et Allemands riches vivaient principalement dans les villes, tandis que la population rurale était généralement plus pauvre et plus isolée. Les riches pouvaient se permettre de manger et de boire dans de la poterie vernissée, qui se lavait facilement et était jolie. Elle constituait la principale source d'empoisonnement au plomb (saturnisme). En campagne, la poterie n'était pas vernie.

Le plomb était également présent dans des pièces de monnaie, des vitraux et des tuiles sur les toits des bâtiments importants. L'eau de ruissellement des toits était souvent utilisée pour la consommation, ce qui peut aussi avoir été une source importante de plomb.

Un autre métal lourd problématique était le mercure qui était utilisé pour préparer le cinabre (pigment de teinte rouge vermillon), pour les dorures et comme médicament contre la lèpre et la syphilis. Les populations urbaines étaient plus exposées que les populations rurales.

Psychomédia avec source : University of Southern Denmark.
Tous droits réservés