Des cas de narcolepsie après le vaccin contre la grippe A H1N1 signalés en France

Le 18 août 2010, la Suède a informé l’Agence européenne du Médicament (EMA) et l’ensemble des états membres, de la survenue de 6 cas de narcolepsie chez des enfants âgés de 12 à 16 ans, un à deux mois après une vaccination par Pandemrix contre la grippe A (H1N1) du laboratoire GlaxoSmithKline.

Jeudi le 26 août, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a rapporté qu'en France, depuis le 23 août, 6 cas (3 enfants et 3 adultes) de narcolepsie avec cataplexie ont été signalés chez des personnes ayant été vaccinées (5 cas avec le Pandemrix et un cas avec le Panenza de Sanofi-Pasteur). Six cas ont également été signalés en Finlande. L’agence suédoise a pour sa part reçu 4 nouvelles notifications. A ce jour donc, un total de 22 cas ont été signalés en Europe après vaccination.
Ces données de pharmacovigilance font actuellement l’objet d’une évaluation par l’EMA en collaboration avec les autorités de santé européennes dont l’Afssaps. A ce stade, un lien entre la vaccination contre la grippe A/H1N1 et la survenue de narcolepsie n’a pas été établi.

En Europe, la prévalence de la narcolepsie (avec cataplexie) est de 20-30 cas pour 100 000 personnes. L'incidence annuelle estimée est de l’ordre de 7 à 8 nouveaux cas par million de personnes, soit en France l’apparition d’environ 500 nouveaux cas par an.

La narcolepsie est une affection neurologique caractérisée par des accès irrésistibles de sommeil, accompagnés de cataplexie (brefs épisodes de perte soudaine du tonus musculaire) suite à des émotions, d'hallucinations à l'éveil ou à l'endormissement, ou de paralysies du sommeil.

En février dernier, des chercheurs suisses, dont les travaux étaient publiés dans le Journal of Clinical Investigation, ont identifié un mécanisme auto-immunitaire à la base de la narcolepsie, confirmant à nouveau la nature auto-immune de la maladie. Il est connu depuis les années 1980 que la narcolepsie est une maladie auto-immune associée à un gène du système immunitaire qui est aussi impliqué dans la sclérose en plaques, précisaient les chercheurs.

Voyez également:

Vaccin, grippe A H1N1: quels effets secondaires sérieux ont été rapportés (France, nov. 2009)
Vaccin, grippe A H1N1: quels effets secondaires graves ont été rapportés (Canada)

Psychomédia avec source:
Afssaps