L'insomnie varie selon les mois de l'année, selon une enquête en ligne du site Sleepio à laquelle ont répondu plus de 20 800 Britanniques entre mars 2010 et juin 2012.

Pour plusieurs, le mois de février serait le pire. En février, 26 % rapportaient une humeur négative et 32 % se sentaient frustrés par leur manque de sommeil comparativement à 10 % et 8 % en mars. L'insomnie était légèrement plus importante en février qu'en janvier et s'améliorait en mars.

Le temps moyen pour s'endormir était de 56 minutes et le temps d'éveil au milieu de la nuit de 59 minutes pour ceux qui ont répondu à l'enquête en février comparativement à 48 minutes et 49 minutes en mars.

L'horloge interne est grandement régulée par la lumière ambiante et celle qui provient de l'extérieur, commente le chercheur. Les signaux sont moins distincts en hiver. La somnolence est favorisée par les environnements intérieurs avec de faibles niveaux de lumière ainsi que le manque d'air frais et le chauffage.

Les mauvais dormeurs sont, selon l'enquête, 7 fois plus susceptibles de sentir une détresse, 5 fois plus de se sentir seuls, 3 fois plus d'avoir des difficultés de concentration et 2 fois plus de se sentir fatigués, d'avoir des problèmes dans leurs relations, de sentir que leur humeur est affectée et d'avoir de la difficulté à être productifs.

42 % de ceux qui prenaient des somnifères le faisaient depuis plus de dix ans. Ce qui confirme que ces médicaments ne sont pas efficaces pour résoudre les problèmes de sommeil à long terme.

Environ une personne sur 3 souffre d'insomnie.

Le site Sleepio, cofondé par le spécialiste du sommeil Colin Espie de l'Université d'Oxford, offre en ligne un programme de thérapie cognitivo-comportementale pour améliorer le sommeil.

Insomnie : efficacité d'une seule séance de thérapie cognitivo-comportementale

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Voyez également :

Psychomédia avec sources : Daily Mail, The Great British Sleep Survey
Tous droits réservés.