Les personnes qui manquent de sommeil ont un risque beaucoup plus élevé de contracter le rhume que celles qui dorment plus, selon une étude publiée dans la revue Sleep.

Le psychiatre Aric Prather et le psychologue Sheldon Cohen, respectivement des universités de Californie à San Francisco et Carnegie Mellon, ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 164 volontaires âgés de 18 à 55 ans, qui ont accepté d'être exposés à un virus du rhume.

Ils ont répondu à différents questionnaires et leur sommeil était mesuré au moyen d'un actigraphe porté au poignet et d'un journal quotidien durant la semaine précédant l'étude.

Ils sont ensuite restés cloîtrés pendant cinq jours dans une chambre d'hôtel où le virus du rhume leur a été administré par le biais de gouttes nasales. Des échantillons étaient prélevés quotidiennement pour mesurer la réponse au virus.

Voici la proportion des participants qui ont eu le rhume selon leur temps de sommeil :

  • plus de 7 heures : 17,2 % ;
  • 6 à 7 heures : 22,7 % ;
  • 5 à 6 heures : 30 % ;
  • moins de 5 heures : 45,2 %.

Le manque de sommeil était un facteur plus déterminant que tout autre facteur considéré dans l'étude : âge, niveau d'anticorps au début de l'étude, variables psychologiques, stress, éducation, revenus, tabagisme, indice de masse corporelle

Le froid est aussi bel et bien une cause du rhume confirmait une étude en 2015.

Psychomédia avec sources : UC San Francisco, Sleep.
Tous droits réservés