Plus d'hormones de stress chez les gens qui ont moins de revenus et de scolarité

Les gens qui ont un revenu peu élevé et peu de scolarité sont plus susceptibles d'être stressés que les gens ayant des revenus plus élevés et plus de scolarité selon une récente recherche publiée dans la revue Psychosomatic Medicine.

Les chercheurs ont mesuré les revenus, les années de scolarité, certaines habitudes alimentaires, le tabagisme et le réseau social chez 95 hommes et 98 femmes. Ils ont aussi analysé des échantillons d'urine et de salive pour mesurer les niveaux d'hormones de stress. Plus les gens avaient un bas revenu et un bas niveau de scolarité, plus les niveaux des hormones de stress, l'épinephrine (l'adrénaline), la norépinéphrine (la noradrénaline) et le cortisol, étaient élevés.
Cette association était proportionnelle, les gens ayant les plus hauts revenus ayant les plus bas niveaux d'hormones, ceux ayant des revenus moyens ayant des niveaux d'hormones plus élevés et ceux ayant les plus bas revenus aayant les niveaux d'hormones les plus élevés.

Les liens entre revenus, scolarité et hormones de stress étaient indépendants de l'âge, du genre et de l'indice de masse corporelle.

Les résultats montrent aussi que moins les gens ont de revenus et de scolarité, plus ils sont susceptibles de fumer et de sauter le déjeuner (le déjeuner était considéré par les chercheurs comme une indication des bonnes habitudes santé). Ils étaient aussi moins susceptibles d'avoir des réseaux sociaux diversifiés, qui sont connus pour être reliés à une meilleure santé.

Tous ces facteurs contribuent à augmenter les niveaux d'hormones de stress, avec le tabagisme qui expliquerait 63% du niveau d'hormone plus élevé chez les participants avec moins de revenus et de scolarité.

PsychoMédia avec source:
Medical News Today

Voyez également:

Quartiers inégaux face aux canicules (Montréal)
Qu'est-ce qui fait la satisfaction par rapport à la situation financière?