Triste au coucher, plus d'hormones de stress le lendemain

Les personnes qui se sentent seuls, tristes ou envahies au coucher ont des niveaux de cortisol (hormone du stress) plus élevés peu de temps après le lever le lendemain, montre une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Ce surplus d'hormones aurait pour fonction de fournir l'énergie pour composer avec les problèmes ou les expériences négatives, explique Emma K. Adam, l'auteur.
Le cortisol est souvent caractérisé comme une hormone négative, explique-t-elle, parce qu'une élévation chronique est associée à la dépression, l'obésité et d'autres problèmes de santé. Mais dans le court terme, cette hormone est adaptative et utile. Elle aide à répondre aux situations de stress.

La recherche, menée avec 156 personnes de plus de 50 ans suivies pendant 3 jours, montre que le niveau de cortisol fluctue en fonction de l'expérience au quotidien.

Le niveau est généralement élevé immédiatement après le lever et augmente dans les 30 minutes qui suivent. Il diminue à un bas niveau à l'heure du coucher. Les changements d'un jour à l'autre sont en fonction des expériences vécues.

Par exemple, l'étude montre que quelqu'un qui passe la journée en colère, a un niveau de cortisol plus élevé au coucher.

Le cortisol influence aussi l'expérience. Par exemple quelqu'un qui a un bas niveau de cortisol le matin, se sent plus fatigué dans la journée.

Voyez également:


Psychomédia
Tous droits réservés