Cannabis: conséquences neurocognitives chez les jeunes

Une utilisation chronique et importante de cannabis durant l'adolescence est associée à de moins bonnes capacités de pensée, incluant la rapidité psychomotrice, la capacité d'attention, la mémoire verbale et la capacité de planifier, selon une récente étude présentée au congrès annuel de l'American Academy of Pediatrics.

Ces effets sont présents même un mois après l'arrêt de la consommation, rapportent Krista Lisdahl Medina de l'Université de Cincinnati et Susan Tapertde l'Université de Californie à San Diego.
Les résultats suggèrent une meilleure récupération du fonctionnement de la mémoire après trois semaines d'abstinence que de la capacité d'attention.

"Non seulement leur capacité de pensée est moins bonne mais l'activation du cerveau lors de tâches cognitives est anormale. Ils peuvent être capables de compléter correctement des tâches faciles, comme de se rappeler l'emplacement d'objets, mais ils utilisent davantage leur cortex frontal et pariétal pour réussir. Leur cerveau travaille plus fort qu'il ne le devrait", explique Dr. Medina.

Les résultats suggèrent également que les jeunes filles seraient à risque plus élevé de conséquences neurocognitives, des études montrant que chez les adolescentes qui consomment du cannabis, le volume du cortex préfrontal est légèrement plus volumineux. Des volumes plus grands sont associés chez elles à des fonctions exécutives (anticipation, planification, prise de décision, concentration, ...) plus faibles.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les capacités de pensée s'améliorent après une plus longue période d'abstinence.

Voyez également:

Quels sont les symptômes de sevrage du cannabis (marijuana)?
Le cannabis détériore les capacités cognitives avec le temps
Le cannabis et le haschisch de plus en plus puissants
DPSSIER: Addiction et toxicomanie: Cannabis