Le trouble bipolaire lié à un risque accru de décès précoce dû à des maladies

Le trouble bipolaire (maniaco-dépression ou psychose maniaco-dépressive) semble augmenter le risque de mort précoce due à diverses maladies, selon une analyse publiée dans la revue Psychiatric Services.

Wayne Katon et Babak Roshanaei-Moghaddam de l'Université de Washington ont analysé 17 études impliquant plus de 331.000 personnes. Les données suggèrent que les personnes ayant un diagnostic de trouble bipolaire ont une mortalité causée par diverses maladies plus élevée comparativement à des personnes de la population générale de même âge et même sexe.
Les affections qui conduisent le plus souvent à un décès prématuré sont les maladies cardiaques, les maladies respiratoires, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète. L'augmentation du risque varie de 35% à 200%.

"Avoir un trouble bipolaire est similaire à être fumeur en terme d'augmentation du risque de décès prématuré", dit Katon.

Les taux de décès prématurés plus élevés chez les personne ayant un trouble bipolaire étaient auparavant attribués aux taux plus élevés de suicides et d'accidents. Mais les chercheurs ont récemment découvert que, bien que ces derniers soient effectivement plus élevés, la plus grande partie des décès précoces est due à des affections médicales.

Plusieurs facteurs pourraient possiblement contribuer à leur moins bonne santé physique.

Ces facteurs incluent une moins bonne alimentation, la sédentarité, le tabagisme, l'abus de substances, l'isolement social, le manque d'accès aux services de santé, une attitude biaisée des professionnels de la santé ou des délais dans les traitements médicaux généraux en raison de besoins prioritaires de traitements psychiatriques.

Des anomalies associées au trouble bipolaire peuvent aussi raccourcir les vies, note Katon. Le trouble bipolaire peut mettre un stress sur le système immunitaire et l'axe hypothalamo-pituitaire, un système qui contrôle plusieurs processus de l'organisme. Il élève aussi l'activité du système nerveux sympathique responsable de la réponse de l'organisme au stress.

L'auteur mentionne également que certains médicaments antipsychotiques (ou neuroleptiques) utilisés pour le traitement du trouble bipolaire peuvent causer un gain de poids menant à l'obésité ainsi que d'autres changements métaboliques qui prédisposent au diabète de type 2. Certains stabilisateurs de l'humeur (les anticonvulsivants) utilisés sont aussi associés au gain de poids et aux troubles métaboliques.

Psychomédia avec source:
Eurekalert

Voyez également:

Le trouble bipolaire accompagné de risques plus élevés d'autres troubles
DOSSIER: Le trouble bipolaire