Le trouble bipolaire chez les enfants serait parfois indiqué par l'irritabilité

L'irritabilité devrait être considérée comme critère quand un diagnostic de trouble bipolaire (ou trouble maniaco-dépressif) est suspecté chez les enfants et les adolescents, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry.

Le trouble bipolaire est caractérisé par des épisodes de manie (euphorie, exaltation et irritabilité) et de dépression.
Une faible proportion des enfants atteints du trouble peuvent vivre des épisodes maniaques sans présenter les symptômes d'exaltation et être diagnostiqués sur la base de l'humeur irritable, concluent les chercheurs.

L'inclusion de l'irritabilité comme critère pour le diagnostic est l'une des principales controverses concernant le diagnostic du trouble bipolaire chez les enfants car l'irritabilité est aussi présente dans un certain nombre d'autres troubles psychiatriques tels que le déficit d'attention avec hyperactivité (TDAH), explique Jeffrey Hunt, co-auteur.

La possibilité que le trouble bipolaire puisse se développer chez les jeunes enfants est aussi un sujet de controverse. Des études récentes montrent toutefois que le nombre d'enfants et d'adolescents traités pour ce trouble a considérablement augmenté dans la dernière décennie.

Hunt et ses collègues ont mené cette étude avec 361 enfants et adolescents, âgés de 7 à 17 ans, qui participent une importante étude multi-sites ("Course and Outcome of Bipolar Illness in Youth (COBY)". Les participants ont été divisés en 3 groupes: ceux qui présentent des symptômes d'exaltation seulement (15%), d'irritabilité seulement (10%) et les deux types de symptômes (75%).

Ceux qui ne présentaient que de l'irritabilité étaient plus jeunes que les deux autres groupes. Il n'y avait pas d'autres différences socio-économiques entre les groupes. Il n'y avait pas de différences également en ce qui concerne les sous-types de trouble bipolaire, la présence d'autres troubles psychiatriques, la sévérité et la durée de la maladie ainsi que les antécédents familiaux de trouble bipolaire ou d'autres troubles psychiatriques. Mais la dépression et l'abus d'alcool étaient plus fréquents chez les parents de deuxième degré dans le groupe présentant l'irritabilité seulement.

"Le fait que les sous-groupes présentant des symptômes d'irritabilité seulement et d'exaltation seulement présentaient des caractéristiques cliniques similaires supporte l'idée que l'irritabilité épisodique puisse être utilisée comme critère dans le diagnostic du trouble bipolaire pédiatrique, dit Hunt.

La poursuite de cette étude à long terme devrait aider à éclaircir si la présence ou la prédominance de l'exaltation ou de l'irritabilité au départ permet de prédire l'évolution de la maladie.

Voyez également:

Le trouble bipolaire, de parents à enfants
Augmentation drastique des diagnostics de trouble bipolaire chez les enfants
Liens entre psychiatres et cies pharmaceutiques, l'exemple des antipsychotiques pour les jeunes

Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés.