Plus de troubles alimentaires chez les jeunes végétariens

Un nombre important d'adolescents et de jeunes adultes qui se disent végétariens présentent des troubles alimentaires selon une récente étude américaine publiée dans le Journal of the American Dietetic Association.

Des recherches précédentes avaient également montré un lien entre végétarisme chez les jeunes et troubles alimentaires.
Certains chercheurs ont également constaté que les adolescents avec des troubles alimentaires peuvent adopter un régime végétarien comme moyen pour maigrir considéré socialement acceptable.

Ramona Robinson-O'Brien et ses collègues des universités Saint John, du Minnesota et du Texas, ont analysé les résultats d'une enquête auprès de 2516 adolescents et jeunes adultes, âgés de 15 à 23 ans, de 31 écoles du Minnesota en 1998. Un régime végétarien pouvait signifier ne manger que des aliments de sources végétales, ou consommer des produits laitiers et des œufs, ou même un peu de volaille et de poisson.

Les résultats montrent que 20% des végétariens actuels et 21% de ceux qui avaient déjà été végétariens utilisaient certaines formes de comportements extrêmes et malsains de contrôle du poids (tels qu'utiliser des produits pour la perte de poids, des laxatifs ou se faire vomir), et 21% et 16% respectivement, rapportaient avoir déjà eu des comportements boulimiques avec perte de contrôle. Comparativement, 9.4% des personnes qui n'avaient jamais été végétariennes avaient déjà utilisé des comportements malsains de contrôle du poids et seulement 4.4% rapportaient avoir déjà perdu le contrôle ou eu un comportement boulimique.

Ces résultats peuvent être expliqués en partie par la plus grande sensibilisation à l'alimentation en général chez les végétariens et ainsi une plus grande probabilité de rapporter un comportement boulimique et le sentiment d'une perte de contrôle. Par ailleurs, de possibles déclencheurs d'épisodes boulimiques peuvent être les restrictions que les personnes végétariennes s'imposent ou un plus faible niveau de satiété relié à une moins grande consommation de protéines et de gras, notent les auteurs.

Voyez également:

Les aliments qui aident à maigrir ou à maintenir son poids
DOSSIER: Troubles alimentaires
DOSSIER: Comment perdre du poids sainement

Psychomédia avec sources: Los Angeles Times, Science Daily