L'huile d'olive pourrait protéger contre l'accident vasculaire cérébral

Cuisiner avec l'huile d'olive et l'utiliser pour la vinaigrette peut réduire le risque d'accident vasculaire cérébral ischémique (AVC), selon une étude française publiée dans la revue Neurology.

Les personnes âgées de plus de 65 ans qui utilisent régulièrement et intensivement cette huile monoinsaturée avaient un risque 41% plus faible d'AVC comparativement à celles qui n'en consomment pas.

«Cette étude est la première à suggérer qu'une plus grande consommation d'huile d'olive peut réduire le risque d'AVC chez les personnes âgés, indépendamment des autres aliments bénéfiques du régime méditerranéen», indique Cecilia Samieri qui a mené cette étude avec ses collègues de l'Université de Bordeaux et de l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avec 7 625 personnes âgées de 65 ans et plus, originaires de Bordeaux, Dijon et Montpellier sur une période de 5 ans.

Plusieurs théories pourraient expliquer cet effet bénéfique, indique la chercheuse. Il se peut que les gens choisissent cette huile plutôt que des huiles saturées et des graisses qui obstruent les artères. Des recherches antérieures ont aussi montré que les polyphénols de l'huile d'olive vierge réduit le cholestérol LDL (le mauvais cholestérol) qui est un facteur de risque pour les AVC.

"Peut-être que l'huile d'olive améliore les facteurs de risque vasculaires comme l'hypertension, la dyslipidémie, le diabète, les maladies cardiaques, l'obésité, qui peuvent à leur tour de réduire le risque d'AVC, ou il se peut que l'huile d'olive soit anti-inflammatoire ou antioxydante", dit Nikolaos Scarmeas de l'Université Columbia (New York) dans un éditorial accompagnant l'article.

Mais les études observationnelles ne prouvant pas un lien de cause à effet, ces résultats doivent d'abord être vérifié par une étude clinique dans laquelle les gens sont assignées au hasard à prendre de l'huile d'olive ou non, avant que des recommandations de santé publique puissent être émises.

Plusieurs études ont lié le régime méditerranéen dans son ensemble à des bénéfices cardio-vasculaires. Le régime méditerranéen est riche en légumes, légumineuses, fruits, céréales, poisson et gras monoinsaturés tels que ceux qui se trouvent dans l'huile d'olive et dans les noix, de produits laitiers, de viande et de volaille en quantité modérée ainsi que d'alcool, particulièrement le vin, en quantité légère à modérée.

Voyez également:

Psychomédia avec source: WebMD
Tous droits réservés