Alzheimer : Les neuroleptiques couramment prescrits sont rarement efficaces

Les médicaments neuroleptiques (ou antipsychotiques) sont couramment prescrits pour traiter les symptômes psychotiques tels que les hallucinations, le délire, les comportements agressifs etc. chez les gens souffrant de la maladie d'Alzheimer. Les trois-quarts des personnes atteintes de la maladie souffriraient de ces symptômes.

Une importante recherche américaine conclut que ces médicaments seraient le plus souvent inutiles, en raison de leur manque d'efficacité et de la sévérité de leurs effets secondaires.
"Ces médicaments ont longtemps été utilisés pour le traitement de certains symptômes de la maladie d'Alzheimer sans preuves suffisantes de leur efficacité", rapporte Thomas R. Insel, directeur du National Institute of Mental Health (NIMH) qui a financé la recherche.

La recherche a été menée, pendant 5 ans, auprès de 421 participants traités dans 42 centres. Ils s'agissait de participants pris en charge à domicile. Les médicaments testés étaient le Zyprexa (olanzapine), le Risperdal (risperidone) et le Seroquel (quetiapine).

Quatre participants sur cinq ont abondonné leur médication, en moyenne après 8 semaines, en raison du manque d'efficacité ou des effets secondaires.

Les symptômes se sont améliorés chez 26 à 32% des participants du groupe prenant un antipsychotique comparativmeent à 21% dans le groupe prenant un placebo. Mais les effets secondaires étaient importants: sédation, confusion et gain de poids important comparativement au groupe placebo.

"L'efficacité des médicaments est déterminée en tenant compte des bénéfices et des risques associés, explique Lon Schneider, auteur principal de la recherche. Les antipsychotiques peuvent être efficaces pour certains symptômes mais leur tendance à causer des effets secondaires intolérables dans cette population vulnérable contrebalance ces bénéfices, conclut-il. Ils peuvent bénéficier à certains patients mais ils semblent ne pas être plus efficaces qu'un placebo (produit non actif donné à un groupe de comparaison) si l'on tient compte des effets secondaires."

Un petit groupe de patients a cependant trouvé un vrai soulagement, sans trop d'effets secondaires. Le Zyprexa et le Risperdal étaient plus efficaces que le Seroquel et le placebo pour les problèmes comportementaux.

Schneider estime que les médecins doivent essayer ces médicaments si nécessaire, mais surveiller attentivement les patients et changer de médicament après quelques semaines s'il n'y a pas d'amélioration ou si les effets secondaires sont trop importants.

Il faut tenir compte aussi que ces médicaments augmentent les risques de décès pour les personnes âgées souffrant de troubles psychotiques liés à la démence, en raison de problèmes cardiaques ou de pneumonies.

PsychoMédia avec sources:
- Le Nouvel Observateur
- Associated Press
- New England Journal of Medicine, October 12, 2006.

Voyez également

Les antipsychotiques pour les symptômes de l'Alzheimer augmentent la mortalité (janv 2009)
Les médicaments antipsychotiques inefficaces pour contrôler l'agression
Dossier: Les médicaments neuroleptiques (ou antipsychotiques)