Les médicaments antipsychotiques inefficaces pour contrôler l'agression

Les médicaments antipsychotiques utilisés pour contrôler les comportements agressifs chez les personnes souffrant de déficience mentale ne sont pas efficaces selon une récente recherche publiée dans la prestigieuse revue britannique The Lancet.

Ces médicaments, d'abord dédiés au traitement de la schizophrénie, sont couramment utilisés comme tranquilisants chez les enfants souffrant de déficit d'attention et hyperactivité, chez les personnes âgées souffrant de la maladie d'Alzheimer et chez les personnes handicapées intellectuelles.
La recherche réalisée par l'Imperial College London auprès de 86 patients, âgés de 18 à 65 ans, montre que ces médicaments ne sont pas plus efficaces qu'un placebo (produit inactif qui sert de comparaison). Selon les chercheurs il est plus efficace de se concentrer sur les causes des comportements agressifs.

Au Royaume-Uni, 200.000 personnes souffrant de déficience intellectuelle se font prescrire des médicaments antipsychotiques malgré les risques d'effets secondaires, rapporte The Lancet. Parmi les effets secondaires se trouvent le gain de poids et l'amplification de facteurs de risque cardiovasculaire.

Parmi les participants à la recherche, un groupe prenait du Haldol (haloperidol), un antipsychotique de première génération, un deuxième prenait du Risperdal (risperidone), un antipsychotique de deuxième génération (dit atypique) et un troisième recevait un placebo.

Des évaluations cliniques de l'agression, des comportements aberrants, de la qualité de vie, des effets secondaires et de l'impression des soignants ont été faites à 4, 12 et 26 semaines.

Dans les trois groupes les comportements agressifs ont diminué après 4 semaines. Le plus grand changement a été observé dans le groupe recevant le placebo (pilule inactive). Des améliorations étaient aussi notées pour les autres aspects mesurés mais elles étaient similaires dans les trois groupes.

Selon le professeur Peter Tyrer, auteur de la recherche, ce qui est important ce sont les soins que la personne reçoit.

"Quand ces personnes sont agressives, il est important qu'elles reçoivent du support et que l'on communique avec elles."

Mais il ajoute qu'il y a toujours des circonstances exceptionnelles où ces médicaments peuvent être nécessaires.

Selon David Congdon, de l'organisme Mencap, "le comportement défiant peut être causé par différents facteurs, tel qu'un problème de santé non diagnostiqué causant de la douleur, la frustration de ne pas être capable de communiquer efficacement et l'ennui dû au manque d'activité signifiante. Ces problèmes peuvent être abordés sans l'utilisation de médicaments antipsychotiques".

Sources:
BBC
New York Times

Voyez également:

Les antipsychotiques pour les symptômes de l'Alzheimer augmentent la mortalité (janv 2009)
Alzheimer : les anti-psychotiques couramment prescrits sont rarement efficaces
Antipsychotique Zyprexa: prise de poids, cholestérol élevé et hyperglycémie (oct 2007)
DOSSIER : Médicaments antipsychotiques