Les antipsychotiques pour les symptômes de l'Alzheimer augmentent la mortalité

Les médicaments antipsychotiques augmentent la mortalité chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, selon une étude britannique publiée dans la revue Lancet Neurology.

Les médicaments antipsychotiques (ou neuroleptiques), autorisés pour le traitement de la schizophrénie ou du trouble bipolaire, sont utilisés pour calmer l'agitation et l'agressivité chez 30 à 60% des personnes atteintes de démence placées en établissements en Europe et en Amérique du Nord, selon les auteurs de l'étude.
Des études précédentes, menées sur des courts termes (6 à 12 semaines), ont montré un bénéfice des traitements antipsychotiques sur les symptômes d'agitation et d'agressivité. Mais elles ont indiqué des effets secondaires dommageables. La récente étude confirme les risques associés à ces médicaments.

Clive Ballard du King's College (Londres) et ses collègues ont comparé les taux de survie chez 165 personnes atteintes d'Alzheimer placées en établissement de soin et prenant déjà un médicament antipsychotique atypique (dit de deuxième génération).

Les participants étaient assignés au hasard à un groupe qui continuait, pendant 12 mois, à prendre un antipsychotique ou à un groupe pour lequel le médicament était remplacé par un placebo (produit inactif). Les médiaments utilisés étaient le Risperdal (risperidone) dans 67% des cas, le Haldol (haloperidol) dans 26% des cas, puis le Melleril (thioridazine), le Largactil (chlorpromazine) et le Stelazine (trifluorperazine).

Après un an de traitement continu, le risque de mortalité était 42% plus élevé dans le groupe traité avec un antipsychotique. La différence entre les deux groupes augmentait dans les années suivantes:

- à 24 mois, la survie était de 46% dans le groupe avec antipsychotiques et de 71% dans le groupe placebo;
- à 36 mois, elle était respectivement de 30% et de 59%;
- à 42 mois, de 26% et 53%.

Les antipsychotiques atypiques ont encore une place importante mais limitée dans le traitement des symptômes neuropsychiatriques sévères, de l'agressivité en particulier, mais ils ne devraient pas être utilisés de façon aussi prolongée et comme premier choix de traitement.

Les chercheurs recommandent d'essayer de remplacer les antipsychotiques par des approches plus sécures, telles qu'une prise en charge psychologique et, pour les symptômes neuropsychiatriques, le Namenda (memantine) ou des antidépresseurs tels que Celexa (citalopram). Une meilleure formation des personnels soignants est une question clé, disent-ils, mais une solution coûteuse et à long terme.

Psychomédia avec source:
Medpage Today

Voyez également:

Les médicaments neuroleptiques (antipsychotiques) augmentent le risque d'AVC
Hausse des antipsychotiques prescrits aux personnes âgées malgré les dangers
Les médicaments antipsychotiques inefficaces pour contrôler l'agression
Alzheimer : Les anti-psychotiques couramment prescrits sont rarement efficaces
DOSSIER: Médicaments antipsychotiques (neuroleptiques)