Être actif mentalement retarde l'Alzheimer qui progresse ensuite plus rapidement

Les personnes actives mentalement peuvent retarder la maladie mais une fois que la maladie se déclare, le déclin est plus rapide, suggère une étude américaine publiée dans la revue Neurology.

Robert Wilson et ses collègues de l'Université Rush à Chicago ont mené cette étude avec 1,157 personnes âgées de plus de 65 ans suivies pendant plus de 12 ans. Leur niveau d'activité intellectuelles était évalué sur une échelle de 5 points.

Pour chaque point supplémentaire, celles qui n'avaient pas de déficience cognitive diagnostiquée ont connu des baisses de leurs fonctions cérébrales 50% plus lentes, selon une variété de tests. Mais les 148 personnes qui avaient un diagnostic de la maladie d'Alzheimer ont connu un déclin 42% plus rapide pour chaque point supplémentaire.
Les auteurs suggèrent que l'activité cognitive améliore la capacité du cerveau de maintenir un fonctionnement normal à mesure que la maladie se développe, ce qui permet de tolérer d'importants changements pathologiques sans compromettre les performances. Mais quand la maladie est finalement diagnostiquée, elle semble être à un stade plus avancé.

"En effet, ces résultats suggèrent que le bénéfice d'un report de l'apparition initiale de troubles cognitifs est au prix d'une progression plus rapide de la démence", dit Wilson. "Ce report réduit toutefois effectivement le temps global durant lequel une personne peut souffrir de démence", ajoute-t-il.

Voyez également:

DOSSIER Psychomédia : Maladie d'Alzheimer et démences

Psychomédia avec source:
BBC
Tous droits réservés