Anorexie: plaisir réduit, anxiété et perfectionnisme selon des scans cérébraux

Des images du cerveau ont montré que l'anorexie est liée à des caractéristiques d'activité cérébrale spécifiques que présentent même des jeunes femmes ayant surmonté l'anorexie et maintenu un poids santé durant un an.

Ces résultats présentés dans l'American Journal of Psychiatry pointent notamment une région du cerveau liée à l'anxiété et au perfectionnisme.
Le principal symptôme de l'anorexie est la poursuite de la minceur par la privation. Ce symptômes peut être si extrême qu'il menace la vie.

Dr Walter Kaye et ses collègues de l'Université de Pittsburgh ont étudié 13 femmes se remettant de l'anorexie et 13 femmes en santé. Pendant qu'elles jouaient à un jeu sur ordinateur dans lequel les réponses correctes étaient récompensées financièrement, les chercheurs observaient des images de l'activité du cerveau (obtenue au moyen d'imagerie fonctionnelle par résonance magnétique).

Alors que chez les femmes en santé les réponses émotives (dans le striatum ventral central) étaient très différentes lorsqu'elles gagnaient ou perdaient, il y avait peu de différences entre ces deux situations chez les femmes ayant un passé d'anorexie.

Cela peut avoir un impact sur le plaisir de manger et l'appréciation de la nourriture, selon Dr Kayes. "Pour les anorexiques, il est peut-être difficile d'apprécier le plaisir immédiat de manger".

Une autre région du cerveau, le noyau caudé, qui est impliquée dans le lien entre actions, résultats et planification, était beaucoup plus active chez les femmes avec un histoire d'anorexie.

Cela allait de pair avec une tendance à s'inquiéter exagérément des conséquences de ses comportements, à chercher des règles là où il n'y en avait pas et à être exagérément préoccupée par le fait de faire des erreurs.

Ces résultats pourraient expliquer pourquoi les gens souffrant d'anorexie sont capables de se priver de nourriture selon les chercheurs.

Pour Dr. Ian Frampton de l'Université Exeter, qui a lui-même fait des études du cerveau auprès de personnes anorexiques, "cela montre que le cerveau peut jouer un rôle important dans les troubles alimentaires."

"Il peut y avoir des circuits du cerveau qui rendent quelqu'un plus susceptible de développer un tel trouble. Établir une cause neurobiologique peut aider à enlever une partie du blâme et de la stigmatisation entourant l'anorexie", dit-il.

Source: BBC News

Autre recherche de cette équipe sur les caractéristiques cérébrales de l'anorexie:

Une cause à l'anorexie? Anomalie dans la perception du goût et de la faim

Voyez également:

Qu'est-ce que l'anorexie ?
L'anorexie serait une maladie en bonne partie génétique
DOSSIER : Anorexie et trouble alimentaire

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Troubles alimentaires.