Mise à jour 2017 : 7 antidépresseurs à éviter selon la revue Prescrire.

2015 - « Plusieurs médicaments autorisés dans la dépression exposent plus que d’autres antidépresseurs à des risques graves, sans avoir une meilleure efficacité que les autres médicaments de la dépression, qui ont en général une efficacité modeste, souvent d’apparition lente », estime la revue Prescrire dans son numéro de février dans lequel elle recense 71 médicaments « plus dangereux qu'utiles ».

« Choisir des antidépresseurs dont on connaît le profil d’effets indésirables par un plus long recul d’utilisation est plus prudent », ajoute la revue.

Cinq antidépresseurs font partie de cette liste de médicaments « plus dangereux qu'utiles » : (pour vérifier si votre antidépresseur fait partie de cette liste, utilisez le nom générique, c'est-à-dire le nom de la molécule active, car les noms commerciaux peuvent différer selon les pays et les formes génériques).

  • " L’agomélatine (Valdoxan), d’efficacité non démontrée, expose à des hépatites et des pancréatites, des suicides et des agressions, des atteintes cutanées graves (dont des syndromes de Stevens-Johnson)."

  • " La duloxétine (Cymbalta), un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, expose aux effets indésirables des antidépresseurs inhibiteurs dits sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRS), et en plus à des troubles cardiaques liés à son activité noradrénergique, dont des hypertensions artérielles, des tachycardies, des troubles du rythme cardiaque. La duloxétine expose aussi à des hépatites et des hypersensibilités avec des atteintes cutanées graves (dont des syndromes de Stevens-Johnson)."

  • " Le milnacipran (Ixel ou autre) et la venlafaxine (Effexor LP ou autre), des antidépresseurs qui ont une activité sérotoninergique et une activité noradrénergique. Ils exposent aux effets indésirables des antidépresseurs IRS, et en plus à des troubles cardiaques liés à leur activité noradrénergique, dont des hypertensions artérielles, des tachycardies, des troubles du rythme cardiaque, et des allongements de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme pour la venlafaxine."

  • " La tianeptine (Stablon), d’efficacité non démontrée, expose à des hépatites, des atteintes cutanées graves parfois mortelles dont des éruptions bulleuses, et des toxicomanies."

Deux autres antidépresseurs qui ont des effets cardiaques (ils exposent à un allongement de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme) ne figurent dans cette liste :

Une synthèse sur ce risque cardiaque avec les divers antidépresseurs dits IRS est à venir, indique la revue.

Document en PDF sur Prescrire : Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2015.

Qu'est-ce que le « syndrome de discontinuation des antidépresseurs » ? (DSM-5)

Pour plus d'informations sur les antidépresseurs, voyez les liens plus bas.

Psychomédia
Tous droits réservés