La prise de poids après l'arrêt de nicotine mieux comprise

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Science, ont identifié comment la nicotine agit comme coupe-faim. Leurs résultats, considèrent-ils, ouvrent la voie à la recherche de nouveaux traitements pour le sevrage du tabagisme sans prise de poids et de façon plus générale, de traitements coupe-faim contre l'obésité. Tous les médicaments commercialisés à date contre l'obésité se sont avérés peu efficaces et comportent des effets secondaires importants.

Marian Picciotto de l'Université Yale et Mariella De Biasi du Baylor College of Medicine ont découvert, chez la souris, un type de récepteurs dans l'hypothalamus qui, lorsqu'ils se lient avec la nicotine, activent des neurones (cellules nerveuses), appelés pro-opiomélanocortines, déclenchant un processus supprimant l'appétit.

  • La prise de poids est une des raisons qui fait que les gens renoncent à arrêter de fumer, et c'est une des raisons qui fait qu'ils rechutent. Les fumeurs ont en moyenne un indice de masse corporelle (IMC) inférieur aux non-fumeurs. «A l'arrêt de la cigarette, la prise de poids est en moyenne de 3 à 5 kilos, indiquaient en avril dernier, les auteurs d'une étude publiée dans l'European Journal of Public Health qui montrait que des cigarettiers avaient déjà sciemment ajouté des coupe-faim à leurs produits afin d'amplifier leur effet anorexigène. Ces résultats, considéraient les auteurs, laissent planer un doute sur les pratiques actuelles.

Voyez également:

Los Angeles Times
Tous droits réservés