Les Français consomment moins selon l'étude "Les consommateurs français à l'heure des choix" présentée vendredi le 5 septembre par l'institut TNS Worldpanel. Une première depuis de nombreuses années. Au premier semestre 2008, ils ont réduit de 0,7 % leurs achats de produits de grande consommation. Dans le cas des familles avec adolescents, la réduction est de 4%.

Cette baisse de consommation pourrait marquer une rupture durable selon certains observateurs, rapporte Le Figaro. La nouvelle frugalité, imposée par les menaces sur le pouvoir d'achat, fait des adeptes qui revendiquent maintenant la "low conso" comme un mode de vie, rapporte le quotidien.

"Ce sont principalement les familles aisées, animées du sentiment que le tout consommation ne mène à rien", analyse le sociologue Gérard Mermet, auteur de Francoscopie.

Les préoccupations écologiques, qui s'étaient déjà incarnées dans les produits bio et le commerce équitable, évolueraient maintenant vers le consommer moins.

Les jeunes plébiscitent les vêtements de deuxième main. L'Internet et ses sites de recyclage ont popularisé le marché de l'occasion. Les comparateurs de prix ont rendu confortable la rationalisation des achats. Il n'est plus de mauvais goût d'économiser et de le dire. Tandis que les parents ne se sentent plus coupables en refusant à leurs enfants les dernières nouveautés

Selon Robert Rochefort, du Crédoc, près de 70 % de la population rejoint la "low conso attitude". Dans un premier temps, beaucoup ont opéré des arbitrages, privilégiant les produits plus simples, moins chers, les marques distributeurs ou achetées dans le réseau hard discount. Mais cette réorientation s'accompagne maintenant d'une réduction de la consommation.

Sans croire à une réduction drastique de la consommation, Robert Rochefort voit plutôt se dessiner une nouvelle cartographie des achats, avec des produits dont on se détourne comme «la voiture, jugée polluante et trop coûteuse».

"Une partie des foyers pourrait durablement s'installer dans le rejet du surplus, la traque au gâchis, estime Serge Papin, le directeur de Système U". La rentrée n'a pas dérogé à cette tendance : avec le retour du produit de qualité, qui dure, l'achat au moins cher des autres biens, considérés comme jetables. Et la traque, claire, à l'inutile. On a ressorti des placards les vieux feutres. Les marques ou les trousses portant des personnages de dessins animés sont dénigrées par les parents.

PsychoMédia avec source:
Le Figaro