Qu'est-ce que le trouble dysphorique prémenstruel? (Définition, symptômes)

Mise à jour : mai 2013

Le trouble dysphorique prémenstruel figure dans le DSM-5 (1) parmi les troubles dépressifs. Il est principalement caractérisé par des symptômes de labilité émotionnelle (variabilité anormale), d'irritabilité et de colère qui surviennent au cours de la phase lutéale du cycle menstruel (de l'ovulation au début des règles). Il est estimé qu'il affecterait de 3 à 5% des femmes alors que de 20 à 50% pourraient souffrir d'un syndrome prémenstruel moins sévère qui ne rencontre pas tous les critères diagnostiques.
Des critères diagnostiques du trouble étaient présentés dans le DSM-IV dans l'annexe consacré aux diagnostics nécessitant plus d'études avant d'être éventuellement reconnus. Les changements dans les critères sont modestes par rapport au DSM-IV. L'ordre des symptômes a notamment été modifié pour donner la priorité aux symptômes de labilité, irritabilité et colère plutôt qu'à l'humeur dépressive.

Les critères du DSM-IV sont les suivants:

A. Au cours de la plupart des cycles menstruels de l'année écoulée, cinq ou plus des symptômes suivants ont été présents dans la plupart du temps lors de la dernière semaine de la phase lutéale (entre l'ovulation et le début des règles).

Ils se sont améliorés au cours des premiers jours de la phase folliculaire (qui débute avec les règles) et sont demeurés absents pendant la première semaine après les règles.

L'un de ces symptômes doit être (1), (2), (3) ou (4):
1. Humeur dépressive marquée, sentiments de désespoir ou autodépréciation (idées de dévalorisation).
2. Anxiété marquée, tensions, impression d'être nouée, tendue, nerveuse
3. Labilité émotionnelle marquée (p. ex.., brusque sentiment de tristesse, envie de pleurer, hypersensibilité au rejet)
4. Colère ou irritabilité marquée et persistante ou augmentation des conflits interpersonnels.
5. Diminution de l'intérêt pour les activités habituelles (p. ex., travail, école, amis, loisirs).
6. Difficultés subjectives à se concentrer.
7. Léthargie, fatigabilité excessive ou perte d'énergie marquée.
8. Modification marquée de l'appétit, hyperphagie, envie impérieuse de certains aliments.
9. Hypersomnie ou insomnie.
10. Sentiment d'être débordée ou perte de contrôle.
11. Autres symptômes physiques tels que tension ou gonflement des seins, céphalées, douleurs articulaires ou musculaires, impression d'enfler, prise de poids.
B. La perturbation interfère nettement avec le travail ou l'activité scolaire, les activités sociales habituelles et les relations avec les autres.

C. La perturbation ne correspond pas seulement à l'exacerbation des symptômes d'un autre trouble comme un trouble dépressif majeur, un trouble panique, un trouble dysthymique ou un trouble de la personnalité (bien qu'elle puisse se surajouter à chacun de ces troubles).

D. Des évaluations quotidiennes réalisées pendant au moins deux cycles symptomatiques consécutifs doivent confirmer la présence des critères A, B, C.

Voyez également:

Compléments alimentaires et phytothérapie pour le syndrome prémenstruel
Une faible dose d'antidépresseur est efficace pour le syndrome prémenstruel
Pilule contraceptive efficace pour traiter le SPM
Les femmes ont tendance à se faire plus belles à l'ovulation
DOSSIER : Cycle menstruel et états psychologiques

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ("Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders"), publié par l'American Psychiatric Association.