Une proportion relativement faible des personnes âgées atteintes de trouble cognitif léger (ex. pertes de mémoire…) voient leur état évoluer vers la maladie d'Alzheimer dans une période de 3 ans, selon une étude allemande encourageante publiée dans la revue Annals of Family Medicine.

Le trouble cognitif léger est un déficit plus important que le déclin cognitif normal dû à l'âge mais moins sévère que la démence dont la maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente.

Le trouble a été introduit dans la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) publiée en mai 2013 (1) sous l'appellation de trouble neurocognitif léger ce qui en fait un diagnostic formel, soulignent les chercheurs.

Hanna Kaduszkiewicz de l'Université de Kiel et ses collègues ont mené cette étude avec 357 personnes de 75 ans et plus ayant reçu un diagnostic de trouble neurocognitif léger sans démence.

Sur une période de 3 ans:

  • 42% sont revenus à des capacités cognitives normales;
  • 21% ont connu une évolution qui fluctuait entre le déficit cognitif et la cognition normale;
  • 15% ont eu une évolution stable, le déficit ne devenant ni plus sévère, ni plus léger;
  • 22% ont développé une démence.

Les participants étaient plus à risque d'évoluer vers la démence s'ils présentaient des symptômes de dépression, des troubles dans plus qu'un domaine cognitif (langage, orientation spatiale, etc.) ou des troubles plus sévères et s'ils étaient plus âgés.

Moins du quart des personnes atteintes d'un trouble cognitif léger progressent vers la démence en 3 ans, ce qui signifie que plus des 3/4 restent stables sur le plan cognitif, voire s'améliorent, soulignent les chercheurs. Les gens, concluent-ils, ne doivent pas s'alarmer inutilement en recevant ce diagnostic.

L'évolution potentielle du trouble cognitif léger vers la maladie d'Alzheimer est une question qui représente un enjeu important pour l'industrie pharmaceutique qui souhaite tester de façon précoce les médicaments expérimentaux avant que la maladie ne soit trop avancée. La recherche pour identifier des caractéristiques et des biomarqueurs permettant de déterminer quelles personnes atteintes d'un tel trouble évolueront vers la démence est très intensive.

Voyez également:

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ("Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders"), publié par l'American Psychiatric Association.

Psychomédia avec source: American Academy of Family Physicians
Tous droits réservés