Même les personnes qui répondent bien aux antidépresseurs continuent de présenter certains symptômes après 12 semaines, selon une étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Psychopharmacology.

Shawn McClintock et Madhukar Trivedi de l'UT Southwestern Medical Center ont, avec leurs collègues, analysé des données concernant 2 876 participants à la plus grande étude à date sur le traitement de la dépression avec des antidépresseurs, l'étude STAR*D, financée par les National Institute of Mental Health.

Les participants prenaient des antidépresseurs de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine (ISRS), la classe la plus couramment prescrite.

Un tiers (33 %) des participants ont connu une rémission dans les 12 premières semaines de traitement. Et, 15 % (428 personnes) ont répondu au traitement sans connaître de rémission. La réponse au traitement était définie comme une diminution de 50 % de la sévérité de la dépression.

Tous les participants rapportaient entre 3 à 13 symptômes de dépression résiduels, et 75% rapportaient 5 symptômes ou plus. Ces symptômes incluaient l'insomnie se produisant au milieu de la nuit (79 %), la tristesse (71 %) et une diminution de la concentration et des capacités de prise de décision (70 %). Une insomnie du milieu de la nuit modérément sévère était rapportée par 60 % des participants (2 fois plus souvent que certains autres symptômes). Les pensées suicidaires persistaient ou émergeaient rarement pendant le traitement.

Voyez également:

Psychomédia
Tous droits réservés.