Pourquoi certaines personnes sont plus à risque de dépression en réponse à des situations stressantes

Des chercheurs ont montré que, bien que la plupart des gens ne développent une dépression qu'en cas d'adversité importante, telle que le décès d'un être cher, un divorce ou un congédiement, chez environ 30 % des personnes atteintes pour la première fois et 60 % de celles ayant des antécédents, la dépression se développe suite à des malheurs plus mineurs.

Une étude, publiée dans le Journal of Psychiatric Research, identifie des facteurs qui favorisent le développement d'une sensibilité aux événements stressants de la vie et augmente le risque de dépression.

George Slavich de l'Université de Californie à Los Angeles UCLA et ses collègues ont mené cette étude avec 100 personnes atteintes de dépression, 26 hommes et 74 femmes.

Les personnes qui avaient perdu un parent ou avaient été séparés d'un parent pendant au moins un an avant l'âge de 18 ans et celles ayant vécu plus d'épisodes de dépression au cours de leur vie étaient devenues dépressives suite à des niveaux significativement plus bas de stress récents.

Une analyse plus poussée de cette observation a montré que c'étaient les antécédents de perte interpersonnelle qui pouvaient entraîner une plus grande sensibilité aux situations interpersonnelles stressantes.

Une possibilité, disent les chercheurs, est que les gens qui souffrent d'adversité et/ou de dépression tôt dans la vie développent des croyances négatives sur eux-mêmes ou sur le monde - des croyances qui sont activées en réaction aux situations stressantes ultérieures (selon une approche cognitive classique de la dépression).

Une autre possibilité, qui n'est pas mutuellement exclusive, est que l'adversité et la dépression précoces influencent les systèmes biologiques impliqués dans la dépression, peut-être en abaissant le seuil à partir duquel les processus tels que l'inflammation se déclenchent.

"Bien que plusieurs facteurs puissent influencer la sensibilité au stress», dit Slavich, "les pensées jouent presque toujours un rôle. Par exemple, quand votre meilleure amie ne retourne pas un appel, pensez-vous qu'elle est en colère contre vous ou qu'elle doit avoir oublié?

«Les pensées affectent la façon de réagir émotionnellement et biologiquement aux situations, et ces réactions influencent grandement la santé. Indépendamment des expériences antérieures, il est toujours important de prendre du recul et de s'assurer d'interpréter les situations d'une manière impartiale, sur la base des informations disponibles. "

Voyez également:

Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés