La croyance selon laquelle un déséquilibre de la sérotonine, un neurotransmetteur du cerveau, jouerait un rôle central dans la dépression, est remise en question par une nouvelle étude publiée dans la revue ACS Chemical Neuroscience.

Le fait que cette croyance soit si répandue, même chez les médecins, représente l'un des plus grands succès de marketing de l'industrie pharmaceutique, note le psychologue John Grohol, éditeur du site PsychCentral.

Les médicaments antidépresseurs de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) comme le Prozac, Zoloft, Paxil (Deroxat) et la plupart des antidépresseurs actuellement prescrits, visent à ramener les niveaux de sérotonine à la « normale ».

Lorsque le premier antidépresseur de cette classe, le Prozac, a été mis sur le marché dans les années 1980, l'hypothèse d'un déficit de sérotonine transmise entre les cellules était une hypothèse parmi d'autres sur laquelle pouvait se fonder des espoirs, mais elle ne reflète plus les connaissances scientifiques actuelles, expliquaient, en 2005, Jeffrey Lacasse et Jonathan Leo dans la revue PLOS Medicine, rapporte Grohol. Ces auteurs soulignaient alors la déconnexion entre la littérature scientifique et le discours des compagnies pharmaceutiques qui demeurait inchangé.

Plusieurs experts reconnus dans le domaine ont souligné qu'il n'y a jamais eu de données solides à l'appui de cette théorie. Joseph Coyle de l'Université Harvard, par exemple, estime que le "déséquilibre chimique est une pensée du siècle dernier. C'est beaucoup plus compliqué que cela. C'est vraiment une façon démodée de penser", rapporte Medical News Today. La notion même d'équilibre chimique du cerveau est discutable, explique Grohol.

Il est maintenant connu que 60 à 70 % des personnes qui prennent des antidépresseurs continuent de se sentir déprimés, soulignent Donald Kuhn de l'Université Wayne State et ses collègues qui ont mené cette nouvelle étude afin d'explorer quel rôle la sérotonine joue dans la dépression.

Ils ont développé des souris n'ayant pas la capacité de produire de sérotonine dans leur cerveau. Ces souris étaient compulsives et extrêmement agressives, rapportent-ils, mais ne montraient pas des signes de symptômes dépressifs. Un autre résultat surprenant est que lorsque soumises à un stress, elles se comportaient de la même manière que la plupart des souris normales.

En outre, une partie des souris sans sérotonine ont répondu à des médicaments antidépresseurs d'une manière similaire aux souris normales.

Ces résultats, concluent les chercheurs, suggèrent que la sérotonine n'est pas un acteur majeur dans la dépression, et que différents facteurs doivent être impliqués. Ils pourraient influencer considérablement la recherche de nouveaux antidépresseurs à l'avenir, estiment-ils.

Psychomédia avec sources : American Chemical Society, ACS Chemical Neuroscience, PsychCentral, Medical News Today, Plos One
Tous droits réservés