Pourquoi un lien entre viande rouge et diabète?

La viande rouge augmente le risque de mortalité, surtout lorsqu'elle est transformée, selon la plus grande étude sur le sujet menée à ce jour, publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition. Alors que d’autres sources de protéines, comme les produits laitiers allégés, les noix, ou les graines entières réduisent ce risque.

An Pan et Frank Hu de l'Université Harvard ont, avec leurs collègues, analysé les données de grandes études concernant environ 37 000 hommes suivis pendant 20 ans, 80 000 femmes suivies pendant 28 ans et 87 000 femmes suivies pendant 14 ans.

Ils ont aussi réalisé une méta-analyse, combinant les résultats de leur étude avec ceux d'études existantes impliquant un total de 442.101 personnes dont 28 000 ont développé le diabète.

Selon les résultats:

- 100 g par jour (environ la grosseur d'un jeu de cartes) de viande rouge non transformée est associé à un risque accru de 19% diabète;
- 50 g par jour (environ 1 saucisse ou 2 tranches de bacon) de viande rouge transformée est associé à un risque accru de 51%.

Lorsqu'une portion quotidienne de viande rouge est remplacée par des noix, le risque de diabète est réduit de 21%. Lorsqu'elle est remplacée par des produits laitiers faibles en gras, il est réduit de 17%, et par des graines entières, de 23%.

Comment expliquer ce lien ?

Les auteurs proposent quelques hypothèses d'explication. La viande transformée contient de grandes quantités de conservateurs chimiques comme le sodium et les nitrates, qui peuvent endommager les cellules du pancréas impliquées dans la production d'insuline. La viande rouge contient également des niveaux élevés d'un type de fer (appelé hème) qui, lorsqu'il est consommé en grande quantité, peut augmenter le stress oxydatif et conduire à une inflammation chronique, qui peut également affecter la production d'insuline.

Et, le simple fait que les gens qui mangent beaucoup de viande rouge ont tendance à prendre plus de poids est aussi un facteur puisque l'obésité et le diabète de type 2 sont liés. Mais même après ajustement pour tenir compte du poids (IMC), un risque plus élevé demeure associé à la viande rouge, ce qui signifie que l'obésité ne serait pas la seule cause.

Le Dr Hu recommande que la personne moyenne ne consomme pas plus qu'une portion de viande transformée par semaine et limite la viande rouge non transformée à 2 ou 3 portions par semaine. "Je pense, dit-il, que c'est le niveau au-dessus duquel la consommation semble associée à un risque considérablement accru". La viande rouge, ne devrait pas être le centre de l'assiette, dit-il. L'alimentation doit évoluer vers des sources plus diversifiées de protéines.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: New York Times, WebMD
Tous droits réservés