L'antidouleur tramadol est-il une bonne alternative au Di-Antalvic?

L'antidouleur Tramadol, dont les ventes ont augmenté de 30% depuis le retrait du marché du Di-Antalvic (combinaison de paracétamol et de l'opiacé dextropropoxyphène) en mars 2011, fait l'objet d'une surveillance spécifique de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), rapporte Le Parisien. Les résultats doivent être rendus dans les prochains jours.

Le tramadol (Topalgic, Ixprim, Contramal, Biodalgic, Monoalgic, Monocrixo, Topalgic, Zamudal, Zumalgic, ...) fait partie des antalgiques morphiniques (opiacés) dits faibles (de palier 2 selon le classement de l'Organisation mondiale de la santé). Il expose à des effets secondaires indésirables qui peuvent être graves: vomissements, confusion, agitation, troubles du sommeil, etc.. Le médicament peut donner place à abus, entraîner une accoutumance importante et un sevrage difficile. La toxicité en cas de surdosage est importante.

En mars 2011, la revue Prescrire, qui se réjouissait du retrait du Di-Antalvic, estimait que lorsque le recours à un antalgique de niveau 2 est justifié, notamment après l'échec du paracétamol seul (acétaminophène, de niveau 1), la codéïne (malgré ses limites) était préférable au tramadol. Le tramadol est à éviter, précisait-elle, en raison notamment d’un surcroît de troubles neuropsychiques (dont des convulsions), respiratoires et cardiovasculaires, et d’hypoglycémies.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Le Monde. Tous droits réservés.

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Tramadol

Je prends des comprimés à base de tramadol depuis de nombreuses années et je n'ai jamais eu aucun problème (en tout cas, aucun de ceux mentionnés dans l'article). Le tramadol que je prends est pourtant du 150 mg, mais à effet retard. J'en prends 300 mg par jour pour des douleurs chroniques. Il est vrai qu'il y a une accoutumance et que lorsque l'on en ingère depuis longtemps, il faut faire attention et ne pas faire d'arrêt brutal.
J'ai voulu arrêter (me disant qu'il était peut-être temps après toutes ces années) et je l'ai fait progressivement, cela est tout à fait faisable, mais les douleurs étaient trop importantes, je "pulsais" de partout et, même si j'avais l'impression que les comprimés n'avaient pas beaucoup d'effets avant d'essayer d'arrêter, je me suis aperçue, en les diminuant, qu'ils atténuaient quand même les douleurs, même si elles restent toujours présentes. Il ne faut pas se leurrer, même si ce sont des opiacés, ce n'est pas de la morphine en injection.
Avant cela, je prenais le tramadol en gouttes (donc pas d'effet retard) et là, les abus étaient faciles, puisqu'au bout de deux ou trois heures, l'effet antidouleur avait tout à fait disparu.
En ce qui concerne la codéine, je ne suis pas pour, surtout pour des douleurs chroniques, car il n'y a pas d'effet retard non plus. Je pense que la codéine est bonne en cas de crise aiguë, mais je n'en ai plus pris depuis 10 ans, car 2 comprimés c'était trop peu, quatre comprimés soulageaient la douleur mais pour une courte période.
Ceci n'est que mon avis et je ne suis pas médecin. Le tout, c'est comme pour tout médicament à effet d'accoutumance (somnifères, antidouleur, anxiolytiques...), il faut pouvoir se limiter et parfois se faire violence pour ne pas augmenter la dose.

sevrage tramadol

J'ai été opérée pour une hystérectomie le 25/3/13 .
Étant allergique à certains antiinflamatoires, du Monoalgic 200 m'a été administré à la clinique puis 10 jours après ma sortie.
Au début j'ai eu de l'hypoglycémie, j'étais constipée, je dormais beaucoup et n'avais aucune douleur.
Arrêt depuis 48h: insomnies, courbatures, douleurs dans le dos et les bras, cauchemars, énervement, débâcle intestinale, les idées se bousculent dans ma tête...
L'accoutumance est donc RAPIDE.
J'essaie de tenir bon... Passer au monoalgic 100 quelques jours aurait peut être été une solution ??....
Je ne comprends pas pourquoi le médecin ne m'a pas informé des effets secondaires lors du sevrage.. :(

pour ma part, j'ai était

pour ma part, j'ai était dépendant du Tramadol pendant 3 ans et demi à raison de 400 mg/j en LP
j'achetais le surplus de ma consommation sur internet.(avec un pic de 900mg/j)
j'ai réussi à réduire progressivement jusqu’à passer à 75mg / j en gélules de 50mg (je divisais la poudre des gélules)
Puis il y à 6 mois j'ai totalement arrêté grâce au Kratom (petite merveille cette plante)

Le tramadol est une saloperie et ne dois être utilisé que en dernier recours.