Sites de rencontres : les tests psychologiques donnent-ils satisfaction ?

Plusieurs sites de rencontres sont construits autour de l'affirmation qu'ils ont des tests puissants, efficaces et scientifiques pour pairer les gens, par examples: eHarmony.com (dont la promotion est faite par le psychologue clinique Neil Warren), PerfectMatch.com (promu par le sociologue Pepper Schwartz de l'Université de Washington) et Chemistry.com (promu par l'anthropologue Helen Fisher).

Selon le psychologue Robert Epstein, aucun de ces sites ne fournissent de tests qui ont passé à travers les procédures permettant de répondre aux critères scientifiques de fiabilité (donnant des résultats stables) et de validité (donnant une mesure valide de ce qui est sensé être mesuré).
Dans le cas de tests visant à pairer des gens, une telle validité serait de montrer que le pairage entre personnes est réussi.

Seul eHarmony fait état d'une recherche pour vérifier le succès des pairages proposés. Cette recherche montrerait que les gens pairés grâce à ses tests sont plus heureux que les autres. Mais la recherche présente des lacunes importantes dont la plus problématique, selon Epstein, est qu'elle compare des couples nouvellement mariés (moyenne de 6 mois) à des couples mariés depuis plus longtemps (moyenne de 2.1 ans).

Néanmoins, malgré ces lacunes, peut-on s'attendre à mieux rencontrer à l'aide de ces tests?

En 2005, une étude du psychologue Philip Zimbardo et ses collègues concluait que "quand eHarmony recommande un pairage compatible, il y a une chance sur 500 que cela conduise à un mariage. (...) Étant donné que eHarmony fournit environ 1.5 pairage par mois, en rencontrant tous les candidats possibles, cela prendrait 346 rendez-vous et 19 années pour atteindre une chance de 50% de se marier."

Pour cette équipe de chercheurs "il n'a pas d'évidence que la psychologie scientifique soit capable de pairer des individus pour former des unions heureuses et durables".

La plus grande part du pairage est faite sur la base de similarités sur une variété d'aspects. Mais la similarité n'est pas toujours un bon prédicteur du succès d'une relation. Parfois les opposés attirent. Comment un test en ligne peut-il déterminer le besoin d'être pairé avec quelqu'un similaire (sur différents aspects) ou différent ou un dosage des deux ?

Même si des tests mieux représentatifs d'une certaine réalité apparaissaient en ligne, pourraient-ils prédire comment deux personnes se sentiraient en se rencontrant? Curieusement, observe Epstein, eHarmony ne demande pas de renseignements sur le physique des gens alors qu'il s'agit d'un aspect important pour les hommes et les femmes.

Mais le problème le plus important avec les tests, considère Epstein, est celui des faux négatifs. Un test qui détermine à l'avance qui vous pouvez rencontrer et qui vous n'allez jamais rencontrer empêche nécessairement certaines personnes qui auraient été heureuses ensemble de se rencontrer.

Un problème qui demeure mineur puisque selon les recherches du psychologue Larry D. Rosen de l'Université d'État de la Californie, "seulement 30% des gens disent utiliser les tests en ligne et la plupart de ceux qui le font les trouvent ridicules".

D'autres facteurs contribuent à l'insatisfaction sur les sites de rencontres qui atteint 75% selon une enquête de Jupiter Research.

Une source de frustration est le manque de réponses aux e-mails de la part des membres. Selon Trish McDermott ancien porte-parole de Match et maintenant un dirigeant à Engage.com, cela provient du fait que lorsqu'un site comme Match annonce 15 millions de membres dont les profils peuvent être consultés, environ 1 million seulement ont payé leur abonnement et peuvent répondre aux messages qui leur sont envoyés.

Par ailleurs, une problématique avec les sites de rencontres, selon McDermott, est ce qu'il appelle "le problème du clic".

Les attentes sont si élevées et l'action si rapide que peu de gens sont prêts à accepter la plus petite imperfection chez un candidat potentiel. Si quelqu'un n'a pas la bonne grandeur ou porte les mauvais souliers, dit-il, ou n'a pas la bonne sorte d'humour, il ou elle est souvent éliminé instantanément. Il suffit de cliquer pour accéder à des dizaines de milliers d'autres candidats.

Voyez également:

Rencontres en ligne: l'imagination avantage les personnes peu connues
À quel point les gens mentent-ils sur les sites de rencontres?
Choix d'un(e) partenaire chez les hommes et les femmes: les dires et les faits

Sondage : Si vous avez fréquenté des sites de rencontres, qu'est-ce qui décrirait le mieux votre expérience ?

Psychomédia avec source: "The hype is huge, and the findings are somewhat disturbing--but the future of online dating looks good", Robert Epstein, Scientific American, January 2007.