L'agence du médicament américaine, la Food and Drug Administration (FDA), vient d'approuver (10 septembre) un troisième médicament d'ordonnance contre l'obésité depuis 2012. Il s'agit des premiers médicaments pour la perte de poids autorisés depuis 13 ans.

Ce médicament, Contrave, est une combinaison de deux médicaments génériques existants : la naltrexone (Revia, Depade, Nalorex…) utilisée pour traiter la dépendance à l'alcool et aux opiacés, et le bupropion approuvé sous le nom de Wellbutrin pour traiter la dépression et sous le nom de Zyban pour le sevrage tabagique.

Les ventes des deux autres médicaments approuvés en 2012, Qsymia et Belviq (1), ont été décevantes, rapporte le New York Times. Les médecins et les patients, précise le journal, sont prudents quant à leur sécurité en raison des effets secondaires graves des médicaments de perte de poids du passé. Et ce, d'autant plus que leur efficacité est modeste.

Le FDA avait refusé d'approuver Contrave en 2011 en raison de signes qu'il élevait la fréquence du pouls et la pression artérielle. Le fabricant, Orexigen, a alors réalisé une étude auprès d'environ 9000 personnes qui a montré que le médicament n'augmentait pas le risque de crises cardiaques.

L'étiquette de Contrave contient un avertissement sur le risque de pensées suicidaires, tout comme le bupropion et les autres antidépresseurs. Elle avertit aussi que des événements neuropsychiatriques graves ont été rapportés chez des personnes prenant le bupropion pour cesser de fumer.

Le médicament peut aussi provoquer des convulsions et ne doit pas être utilisé chez les personnes qui ont des troubles épileptiques. Le risque de crise est lié à la dose. Pouvant également augmenter la pression artérielle et la fréquence cardiaque, il ne doit pas être utilisé chez les personnes atteintes d'hypertension incontrôlée.

Le 11 septembre, un comité consultatif de la FDA doit discuter d'un autre nouveau médicament possible pour la perte de poids, le liraglutide. Le médicament est déjà commercialisé sous la dénomination Victoza en tant que traitement pour le diabète. Novo propose une dose plus élevée pour une utilisation dans le traitement de l'obésité.

(1) Le Qsymia ou Qsiva est une combinaison de phentermine (et de topiramate (un anticonvulsivant notamment commercialisé sous les noms Epitomax et Topamax). L'autorisation de mise sur le marché a été refusée en Europe en 2012. (Voyez: Sévères critiques pour le Qsymia.) Le Belviq (lorcaserin ou lorcasérine) est un médicament coupe-faim qui active un récepteur spécifique du neurotransmetteur sérotonine. (Voyez : Lorcaserin : les risques de valvulopathies ignorés par la FDA, dénonce un groupe)

Psychomédia avec sources: New York Times, FDA
Tous droits réservés