Maladie de Parkinson: la perturbation du cycle éveil/sommeil mieux comprise

Une étude de l’Université Concordia, publiée dans le Journal of Neuroscience, montre comment la dopamine, un neurotransmetteur du cerveau, régule les cycles du sommeil en altérant l’activité de la protéine PER2, dite protéine horloge. Ces résultats peuvent aider à comprendre la perturbation des rythmes veille-sommeil sur 24 heures fréquente chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

La protéine PER2 est connue pour son rôle dans la régulation des rythmes circadiens, explique Shimon Amir, professeur en psychologie au Centre d'études en neurobiologie comportementale de l’Université Concordia.
De nombreuses molécules, telles que les hormones du stress, sont connues pour avoir un impact sur l’activité de PER2. Jusqu’à présent, le rôle de la dopamine dans la régulation des rythmes circadiens n’avait pas été précisé. L'étude montre que la la dopamine est nécessaire à l’expression de cette protéine dans des régions bien spécifiques du cerveau.

La maladie de Parkinson est causée par la dégénérescence de cellules nerveuses spécifiques qui entraîne une diminution des concentrations de dopamine dans le cerveau.

Le professeur Amir et ses collègues ont étudié le rôle de la dopamine chez le rat. Ils ont montré que la protéine PER2 était présente dans le striatum dorsal, siège habituel de la dopamine, où ses concentrations fluctuent chaque jour.

L’élévation de la concentration de dopamine dans cette région précède l’élévation du taux de PER2 et la suppression de la dopamine ou l’inhibition d’un de ses récepteurs se solde par une diminution des concentrations de PER2, un phénomène qu’il est possible d’inverser par l’administration d’un médicament imitant l'action de la dopamine sur ce récepteur.

« Nos résultats confirment que le rythme de l’expression de PER2 dépend de l’activation quotidienne par la dopamine », explique l’auteure principale de cette recherche, Suzanne Hood, étudiante de doctorat à l’Université Concordia.

Voyez également:

La maladie de Parkinson liée à la défaillance du système d'énergie des cellules
Les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson
Maladie de Parkinson: le tube digestif, une fenêtre ouverte sur le cerveau

Psychomédia avec source:
Université Concordia
Tous droits réservés