Parkinson: vers un essai de traitement avec des cellules souches chez l'humain

Des chercheurs japonais ont réussi à réduire les symptômes de la maladie de Parkinson chez des singes au moyen d'un traitement par cellules souches.

Jun Takahashi de l'Université de Kyoto et ses collègues ont implanté des cellules souches humaines dans le cerveau de quatre singes qui présentaient des symptômes de la maladie tels qu'une difficulté de contrôle des mouvements et des tremblements. 35% des cellules souches implantées étaient des neurones (cellules nerveuses) à dopamine. (La maladie est liée à la destruction progressive de cellules produisant le neurotransmetteur dopamine.)

Les chercheurs ont, jusqu'à maintenant, utilisé des cellules souches embryonnaires. Mais dans le cas d'essais cliniques avec des personnes atteintes de la maladie, en raison des questions éthiques, ils comptent utiliser des cellules souches créées à partir de cellules de peau humaine reprogrammées par manipulation génétique. Les cellules souches ainsi générées redeviennent, comme des cellules embryonnaires, non différenciées et pluripotentes (pouvant se différencier en différents types de cellules dont les cellules nerveuses).

Trois mois après l'implantation, les singes présentaient une amélioration du contrôle des mouvements et après six mois, ils étaient de nouveau capables de marcher. Après un an environ un dixième des cellules à dopamine implantées étaient encore vivantes. Un taux de 70% est visé afin d'améliorer l'efficacité du traitement.

Les chercheurs espèrent pouvoir mener un essai chez des humains dès 2015.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Radio-Canada. Tous droits réservés.