L'exposition prénatale à la pollution urbaine influence l'intelligence

L'exposition à la pollution urbaine pendant la grossesse influence l'intelligence de l'enfant, selon une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Frederica Perera et ses collègues de l'Université Columbia ont mené cette étude à Krakow (Polagne). L'exposition prénatale à des niveaux élevés d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) affectait négativement le développement cognitif de l'enfant selon des tests d'intelligence et de capacité de raisonnement réalisés à l'âge de 5 ans.
Ces résultats confirment ceux d'une étude précédente menée à New York.

Les HAPs sont libérés dans l'air par la combustion de carburant pour le transport, le chauffage, la production d'énergie, et d'autres sources de combustion.

Cette étude a été menée avec 214 enfants nés à Krakow entre 2001 et 2006 de mères caucasiennes en santé. Les mères portaient un dispositif mesurant le niveau d'exposition aux HAP et ont fourni un échantillon sanguin ou de sang du cordon au moment de l'accouchement.

L'analyse des données tenait compte d'autres facteurs pouvant affecter l'intelligence tels que le tabagisme, l'exposition au plomb et le niveau d'éducation de la mère.

Voyez également:

La pollution élevée affecte le développement mental des enfants
Vivre près des voies rapides augmenterait le risque de bébés prématurés
Des malformations chez 7% des nouveaux-nés en Chine: la pollution en cause

Psychomédia avec source: Eurekalert.
Tous droits réservés