Poids: un gène affectant la dopamine porte à manger davantage

Un gène influence la motivation à manger et la quantité de nourriture consommée selon une récente recherche publiée dans la revue Behavioral Neuroscience.

Jusqu'à 50% de la population ont une variation de ce gène (le Taq1 A1) qui est liée à une plus grande motivation pour la nourriture. Les gens qui sont porteurs de cette variation ont un niveau de dopamine moins élevé.
La dopamine est un neurotransmetteur (messager chimique entre les cellules nerveuses) important du cerveau. Elle intervient dans l'addiction aux drogues et à l'alcool ainsi qu'au jeu pathologique. Elle est associée aux décisions reliées aux "récompenses". Elle est aussi associée au comportement et au mouvement.

Dans une expérimentation menée par Leonard Epstein et Jennifer Temple de l'Université de New York à Buffalo, 74 participants (dont 29 souffrant d'obésité) devaient, par le biais d'une activité à l'ordinateur, gagner des points échangeables contre des gâteries telles que du chocolat et des chips. Ils pouvaient s'arrêter n'importe quand.

Les participants ayant la variation du gène et les participants obèses avaient tendance à poursuivre l'activité plus longtemps, démontrant ainsi une plus grande motivation.

Dans une autre tâche, les participants devaient évaluer les saveurs de différents aliments. Mais le but des expérimentateurs était de mesurer la quantité de nourriture consommée. De façon non surprenante, les participants ayant la variation du gène et les participants obèses consommaient davantage de nourriture.

Pour ce qui est de la motivation, les participants se répartissaient ainsi:
- ceux qui ne trouvaient pas la nourriture tellement motivante, qu'ils aient ou non la variation génétique
- ceux qui trouvaient la nourriture motivante sans avoir la variation génétique, et
- ceux qui trouvaient la nourriture motivante en ayant la variation génétique.

Le niveau de motivation était prédicteur de la quantité de nourriture consommée. Les participants souffrant d'obésité étaient clairement plus motivés par la nourriture que les participants non obèses.

Ces résultats montrent que ce gène n'est pas le seul facteur qui influence le goût de manger. D'autres facteurs peuvent intervenir tel que le vécu et l'apprentissage.

En ce qui concerne l'action du gène, les chercheurs font l'hypothèse que, ayant un niveau plus bas de dopamine, les gens portant la variation du gène doivent manger davantage pour obtenir suffisamment de satisfaction.

Les chercheurs croient que les facteurs biologiques doivent être en interaction avec les facteurs d'apprentissage et culturels.

Il est possible aussi que des gens portant la variation de ce gène choisissent d'autres "récompenses" que la nourriture, commente Temple.

Les chercheurs veulent effectuer d'autres recherches pour vérifier si les porteurs de cette variation présentent aussi plus de motivation et pour le jeu (gambling) ou les drogues.

Des recherches antérieures de l'équipe dont déjà montré que manipuler chimiquement les niveaux de dopamine altérait les comportements alimentaires, ce qui pourrait conduire au développement de médicaments pour la perte de poids.

PsychoMédia avec source: WebMD

Voyez également:

L'obésité liée à une moins grande activation des centres du plaisir du cerveau
L'obésité et la minceur seraient socialement contagieuses
DOSSIER: Médicaments pour la perte de poids
DOSSIER: Maigrir

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Perdre du poids.