Manger pour des raisons émotives rend difficile le contrôle du poids

Les personnes qui ont tendance à manger pour des raisons émotives ont plus de difficulté à perdre du poids ou à maintenir une perte de poids, montre une nouvelle étude publiée dans la revue Obesity.

Deux groupes partipaient à cette recherche. Le premier était constitué de 286 hommes et femmes participant à un programme de perte de poids. Le deuxième incluait 3.345 membres du National Weight Control Registry qui répertorie, dans le contexte d'une étude, des adultes ayant perdu 30 livres et ayant réussi à maintenir cette perte pendant un an.
Les participants répondaient à un questionnaire comprenant une échelle de la désinhibition des comportements alimentaires en réponse à des indices émotifs ou cognitifs (ex. manger pour se consoler ou pour se distraire) ou sociaux (ex. manger davantage lors d'une festivité).

Plus les participants rapportaient manger en réponse à des états émotifs, moins ils perdaient de poids alors que ceux qui avaient déjà réussi à perdre du poids (en moyenne 10% de leur poids initial) avaient davantage tendance à le reprendre à l'intérieur de 3 à 5 ans, affirme Heather Niemeier de l'Université Brown, la principale auteur de la recherche.

Manger pour des raisons émotives était davantage prédicteur d'un moins bon contrôle du poids que d'autres facteurs psychologiques tels que la dépression et le stress perçu.

Manger davantage dans des situations sociales ne semblait pas affecter le contrôle du poids (probablement parce que cela ne se produit pas sur une base régulière).

Voyez également:


Psychomédia Tous droits réservés