Une équipe de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal a mis au point une échelle de la douleur basée sur les expressions faciales du chat, rapporte un communiqué de l'université.

« Un chat qui a les oreilles rabattues, les yeux clos, les moustaches tournées vers l’avant et la tête rentrée entre les épaules ressent fort probablement de la douleur. Mais comment évaluer l’intensité de celle-ci ? »

« Les vétérinaires disposent désormais d’une échelle qui mesure la douleur de l’animal à partir de la position des oreilles, du museau, des moustaches et des paupières », la « Feline Grimace Scale ».

Ces travaux, menés par Marina Evangelista, Paulo Steagall et leurs collègues (1), ont été publiés en décembre dans la revue Scientific Reports, du groupe Nature Publishing.

« L’échelle peut dès maintenant être utilisée par les vétérinaires du monde entier. L’échelle peut également détecter une réponse au traitement analgésique, c’est-à-dire que le vétérinaire peut constater si l’animal a bien répondu ou pas à l’administration d’un analgésique. »

Établie après l’observation de 39 chats amenés en clinique pour recevoir des soins vétérinaires, l’échelle a été validée en procédant par comparaison avec les expressions faciales de 20 chats bien portants. Diverses races ont été incluses dans l’étude (siamois, bengali, maine coon et savannah), en plus du « chat domestique à poils longs ».

Les chercheurs ont établi qu'un seuil de 3,9 points sur 10 indiquait un besoin d'analgésie.

Voyez, dans un document qui accompagne l'article de Scientific Reports, les illustrations et le pointage (0, 1 ou 2) de 5 caractéristiques de l'expression faciale indiquant une douleur : Feline Grimace Scale - Training Manual.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

(1) Ryota Watanabe, Vivian S. Y. Leung, Beatriz P. Monteiro, Elizabeth O’Toole et Daniel S. J. Pang.

Psychomédia avec sources : Université de Montréal, Scientific Reports.
Tous droits réservés