Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue scientifique PLOS One ont établi une liste de 23 signes comportementaux qui peuvent indiquer la douleur chez le chat.

Isabella Merola et Daniel S. Mills de l'Université Lincoln ont consulté 19 chercheurs et praticiens cliniques dont les spécialités incluaient la médecine interne, l'anesthésiologie, l'oncologie, la dentisterie, le comportement, la dermatologie, l'ophtalmologie et la neurologie.

Leur but était d'identifier les consensus quant aux signes suffisants (suffisants pour indiquer une douleur quand elle est présente, mais qui ne sont pas nécessairement présents dans toutes les conditions douloureuses) et nécessaires (nécessairement présents lorsqu'il y a une douleur, mais pas toujours indicatifs de douleur).

Un consensus était défini comme un accord de 80 % des spécialistes consultés.

23 signes ont été considérés suffisants (fiables) pour indiquer la douleur alors qu'aucun signe n'a été considéré nécessaire.

Douleur de faible niveau Douleur de niveau élevé
BoiterieFréquentFréquent
Difficulté à sauterFréquentFréquent
Démarche anormale (1)FréquentFréquent
Réticence à bougerFréquentFréquent
Réaction à la palpationFréquentFréquent
Se retire/se cacheFréquentFréquent
Absence de toilettageFréquentFréquent
Joue moinsFréquentFréquent
Baisse d'appétitFréquentFréquent
Baisse de l'activité globaleFréquentFréquent
Se frotte moins sur les gensFréquentFréquent
Humeur générale (2)FréquentFréquent
Tempérament (3)FréquentFréquent
Posture recroquevilléeFréquentFréquent
Changement de poidsFréquentFréquent
Lèche une région particulièreFréquentFréquent
Posture basse de la têteFréquentFréquent
Blépharospasme (4)FréquentFréquent
Changement dans le comportement alimentaireRareFréquent
Évitement de la lumière vive (5)RareFréquent
GrondementRareFréquent
GémissementRareFréquent
Yeux fermésRareFréquent

(1) À moins qu'elle ne soit causée par une hypoplasie cérébelleuse, une maladie neurologique caractérisée par une difficulté à se déplacer et conserver l'équilibre.

(2) Épisode durable de changements dans la prédisposition affective, par exemple, irritable de temps en temps.

(3) Disposition générale qui indique que la douleur est persistante ou que le soulagement n'est que temporaire.

(4) Contractions répétées et involontaires des muscles des paupières ce qui entraîne la fermeture des paupières de façon répétitive et incontrôlée. Causée par toute maladie chronique des yeux.

(5) Dans le cas de maladie des yeux.

Psychomédia avec source : PLOS One.
Tous droits réservés