"Nous aimons les animaux, prenons soin de certains comme s'ils étaient des membres de nos familles, et pourtant nous mangeons aussi des animaux.". Une étude publiée dans la revue Current Directions in Psychological Science "explore les facteurs psychologiques qui permettent de concilier ces deux inclinaisons".

Le psychologue Steve Loughnan de l'Université de Melbourne et ses collègues ont appelé cette dualité le paradoxe de la viande : "La plupart des gens se soucient des animaux et ne veulent pas qu'ils soient maltraités mais ont une alimentation qui requière qu'ils soient tués et, le plus souvent, qu'ils souffrent".

Pour mieux comprendre la psychologie de la consommation de viande, ils ont examiné les caractéristiques des mangeurs (personnes) et des consommés (animaux) qui sont liées à cette consommation.

Des études ont montré des liens avec certains traits de personnalité. Les personnes qui mangent de la viande ont tendance à présenter des niveaux plus élevés d'autoritarisme et de tolérance des inégalités sociales que les végétariens.

Même parmi les mangeurs de viande, ceux qui valorisent les inégalités et la hiérarchie mangeraient plus de viande rouge que ceux qui ont des valeurs plus égalitaires.

Être prêt à manger des animaux dépend aussi de certaines caractéristiques de ces derniers, telles qu'avoir un "esprit". Percevoir les animaux comme très différents de l'humain et comme manquant d'attributs mentaux, tels que la capacité de douleur, supporte la consommation de viande.

Dans une étude, Loughnan et ses collègues ont constaté que plus un animal est considéré comme ayant un esprit, moins les gens le pensent comestible. Dans différentes cultures (américaine, canadienne, chinoise et indienne), manger des animaux plus "conscients" était jugé comme plus répréhensible moralement et plus désagréable subjectivement.

La relation inverse a également été constatée. Ce que des personnes viennent de manger peut influencer la façon dont ils perçoivent les animaux. Dans une autre étude, Loughnan et ses collègues ont constaté que les participants qui avaient récemment consommé du bœuf évaluaient la vache comme étant moins capable de souffrir que ceux qui venaient de manger des noix. Il s'agit sans doute d'un moyen de résoudre tout sentiment négatif lié au fait d'avoir mangé de la viande, notent les chercheurs.

La psychologie de la consommation d'animaux est intéressante à étudier en soi, disent les chercheurs, mais elle peut également servir d'étude de cas mettant en lumière les rôles que jouent les émotions, les cognitions et les caractéristiques de la personnalité dans les problèmes moraux de tous les jours.

(1) Brock Bastian et Nick Haslam

Psychomédia avec sources: Association for Psychologial Science, Current Directions in Psychological Science.
Tous droits réservés