Les décès de causes cardiaques augmentent durant la période de Noël et du Nouvel an, et ce, indépendamment de la hausse qui est liée à l'hiver et au froid, selon une étude publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Un pic de décès de causes naturelles (c'est-à-dire excluant les accidents) à Noël et au Jour de l'an a déjà été montré aux États-Unis.

Mais les fêtes se situant dans la période la plus froide de l'année, durant laquelle la mortalité est déjà plus élevée en raison du froid et de la grippe, la part attribuable aux fêtes elles-mêmes n'était pas déterminée, explique Josh Knight de l'Université de Melbourne (Australie).

Knight et ses collègues ont analysé les tendances de mortalité en Nouvelle-Zélande où Noël est en été.

Ils ont constaté une hausse de 4,2 % des décès de causes cardiaques se produisant à l'extérieur d'un hôpital du 25 décembre au 7 janvier. L'âge moyen de décès était de 76,2 ans pendant la période de Noël, comparativement à 77,1 ans pendant les autres périodes de l'année.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse, dont le stress et la fatigue, les changements alimentaires et la consommation d'alcool, le désir de reporter une consultation médicale, particulièrement lorsque loin de chez soi…

Et, pour les pays plus nordiques, s'ajoute le froid.

Consultez les liens plus bas pour plus d'informations, notamment sur les signes avant-coureurs et les symptômes d'infarctus et d'AVC.

Psychomédia avec sources : American Heart Association., JAHA.
Tous droits réservés.