Les états émotifs résultent de processus cognitifs, selon un modèle de neurosciences exposé par le célèbre psychologue Joseph E. LeDoux et le philosophe Richard Brown respectivement de la New York University et de la City University of New York dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Les états de conscience émotionnels, expliquent-ils, sont traditionnellement considérés comme étant programmés de façon innée dans les régions sous-corticales du cerveau.

Ils sont souvent considérés comme différents des états de conscience cognitifs comme ceux liés à la perception des stimuli externes.

Les deux auteurs soutiennent que toutes les expériences conscientes, indépendamment de leur contenu, résultent d'un même système.

Leur thèse est que les mécanismes cérébraux qui donnent naissance aux émotions conscientes ne sont pas fondamentalement différents de ceux qui donnent lieu à des expériences perceptives. Les deux, proposent-ils, impliquent des représentations d'ordre supérieur d'informations d'ordre inférieur par des réseaux généraux de connaissance basés dans le cortex.

Les états émotionnels et les états non émotionnels se distinguent par les types d'intrants qui sont traités par ces réseaux corticaux généraux de la cognition qui sont essentiels pour les expériences conscientes.

Bien que les circuits sous-corticaux ne soient pas directement responsables des émotions conscientes, ils fournissent des intrants non conscients qui se joignent à d'autres types de signaux neuronaux dans l'assemblage cognitif des expériences émotionnelles conscientes. En élaborant cette proposition, ces chercheurs défendent une version modifiée de ce qui est appelé la « théorie de l'ordre supérieur de la conscience ».

Pour plus d'informations sur ce sujet, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : New York University, PNAS.
Tous droits réservés.