Des études ont montré que lorsque les gens se sentent connectés à la personne qu'ils seront dans le futur, ils sont plus susceptibles de retarder la satisfaction immédiate, épargner pour le futur, prendre soin de leur santé et faire des plans à long terme.

Mais, se sont demandé les auteurs d'une étude publiée dans la revue Social Psychological and Personality Science, ce sentiment de connexion, est-il réellement lié à un bien-être accru dans le futur ?

Théoriquement, expliquent le psychologue Joseph S. Reiff de l'Université de Californie à Los Angeles et ses collègues (1), prendre des décisions qui manifestent de la patience dans le présent pourrait mener à un « soi futur » qui est mieux loti et donc plus satisfait. Mais, se sentir connecté au « soi futur » (sentir que l'on sera la même personne) pourrait amener les gens à se priver continuellement de plaisirs dans le présent, ce qui diminuerait leur satisfaction au fil du temps.

Pour évaluer ces possibilités, les auteurs ont analysé les données concernant 4 963 personnes suivies pendant 10 ans afin d'estimer comment les pensées sur leur futur dans une enquête menée au début de l'étude étaient liées à la satisfaction par rapport à leur vie 10 ans plus tard.

En tenant compte de leur satisfaction au début de l'étude, la perception d'une plus grande ressemblance avec le soi futur, concernant un certain nombre de traits de personnalité fondamentaux, était associée à une plus grande satisfaction 10 plus tard.

Les participants qui croyaient qu'ils seraient la même personne dans le futur étaient plus satisfaits de leur vie que ceux qui estimaient qu'ils auraient moins de qualités dans le futur, mais aussi que ceux qui estimaient qu'ils se seraient améliorés.

Des résultats qui ont surpris les chercheurs, car on aurait pu supposer que si les gens font des prédictions optimistes sur l'avenir, comme de penser qu'ils deviendront plus compatissants et plus intelligents, ils deviendraient plus heureux dans les années qui suivent. Il ressort donc de cela que c'est le sentiment de connexion (similarité) avec le soi futur qui favorise les comportements préparant un futur satisfaisant.

Les chercheurs veulent maintenant comprendre pourquoi certaines personnes pensent qu'elles resteront les mêmes et d'autres pensent qu'elles vont changer, dit Hal E. Hershfield, coauteur. « Quels événements de la vie, par exemple, poussent les gens à changer leur façon de penser à leur avenir ? »

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

(1) Hal E. Hershfield et Jordi Quoidbach.

Psychomédia avec sources : SPSP, SPSP.
Tous droits réservés