Une seule séance de massage suédois entraîne des changements dans les réponses immunitaires et endocrines de l'organisme, selon une étude publiée dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine.

Mark Rapaport du Cedars-Sinai Medical Center et ses collègues ont mené cette étude avec 53 personnes en santé qui ont reçu, pendant 45 minutes, un massage suédois ou un massage consistant en touchers légers.
Des cathéters intraveineux étaient d'abord installés chez les participants afin de prélever des échantillons sanguins immédiatement avant et après la séance.

Ceux qui ont reçu le massage suédois ont connu une plus grande diminution de l'hormone arginine vasopressine (qui semble impliquée dans les comportements agressifs, la régulation de la pression sanguine et l'augmentation du cortisol) que le groupe ayant reçu le massage léger. Ils ont aussi présenté une plus grande diminution de certaines cytokines, des protéines indiquant l'inflammation.

Les deux groupes ont connu, de façon similaire, une diminution de l'hormone de stress cortisol ainsi qu'une augmentation des lymphocytes (globules blancs du système immunitaire).

Ceux qui ont reçu le massage léger ont connu une plus grande augmentation d'ocytocine (une hormone associée à la satisfaction) que le groupe du massage suédois et plus grande diminution de l'hormone corticotropine (qui stimule la production de cortisol par les glandes surrénales).

Ces résultats préliminaires amènent les chercheurs à conclure qu'une seule séance de massage suédois produit des effets biologiques mesurables qui peuvent avoir un effet sur le système immunitaire.

L'étude était financée en partie par le National Center for Complementary and Alternative Medicine américain, une division des National Institutes of Health.

Voyez également:

Quelle est l'efficacité de la massothérapie contre l'anxiété?
Le massage a un mécanisme d'action similaire aux médicaments anti-inflammatoires
Quelles sont les techniques de relaxation?
Quels sont les types et techniques de massage?

Psychomédia avec sources: National Center for Complementary and Alternative Medicine, New York Times.
Tous droits réservés