Le romarin protège le cerveau de l'Alzheimer et des effets de l'âge

Des chercheurs américains et japonais ont découvert par quels mécanismes le romarin, une herbe ayant des propriétés antioxydantes importantes, protège contre les radicaux libres qui endommagent le cerveau avec l'âge.

Ils rapportent, dans le Journal of Neurochemistry et le Nature Reviews Neuroscience, qu'un ingrédient actif contenu dans cette épice, l'acide carnosique, active un circuit qui protège les cellules nerveuses des radicaux libres.
Les radicaux libres sont des atomes ou des molécules devenus très instables et très réactifs. Ils sont capables d'interagir avec les protéines, l'ADN (le code génétique) et les membranes des cellules et de les endommager.

Ils sont considérés comme contribuant non seulement aux accidents cérébraux vasculaires et aux maladies neurodégénératives telles que l'Alzheimer mais aussi aux effets négatifs normaux du vieillissement sur le cerveau.

Dans des modèles animaux, les Drs. Takumi Satoh et Stuart Lipton ont découvert que l'acide carnosique devient activé par les dommages faits par les radicaux libres, demeurant inactif tant que son action n'est pas nécessaire. Exactement ce qui est désiré d'un médicament, commentent les auteurs.

Ce type d'action est appelé "thérapie activée par la pathologie" (TAP).

"Les électrons sont transférés d'une molécule à l'autre, ce qui résulte dans l'activation des défenses de l'organisme", explique Stuart A. Lipton.

Les chercheurs comptent s'inspirer du mode d'action de l'ingrédient actif du romarin pour concevoir des médicaments efficaces.

L'étude était supportée par le National Institutes of Health.

Voyez également:

Les herbes neutralisent les composés cancérigènes de la cuisson des viandes
DOSSIER : Alimentation et santé mentale: Antioxydants
DOSSIER : Maladie d'Alzheimer