L'activité physique protège les gènes et ralentit le vieillissement

Non seulement un mode de vie actif protège-t-il contre les maladies cardiovasculaires, le cancer et le diabète, il ralentirait le vieillissement des cellules qui constituent l'organisme.

Les personnes physiquement actives durant leurs moments de loisir sont dix ans plus jeunes biologiquement que celles qui sont sédentaires tel que mesuré par un indicateur de l'âge biologique, selon une recherche britannique publiée dans les Archives of Internal Medicine.
Cet indicateur est la longueur des télomères de l'ADN (le matériel génétique des cellules de l'organisme). Les télomères sont des régions protectrices aux extrémités des chromosomes qui contiennent les gènes. Avec le temps ces télomères raccourcissent. L'action d'une enzyme, la télomérase, répare normalement ces dommages aux chromosomes. Mais avec l'âge, l'activité de la télomérase diminue.

Ils raccourcissent un peu à chaque réplication des chromosomes au cours du cycle cellulaire de la vie, jusqu'à atteindre une longueur trop courte, déclenchant le vieillissement de la cellule. La longueur des télomères se réduirait en moyenne de 21 nucléotides ou unités structurelles tous les ans.

Cette recherche du King's College de Londres a été réalisée auprès de 2.401 jumeaux, hommes et femmes.

Ceux qui étaient les moins actifs physiquement durant leur temps libre (16 minutes d'activité physique en moyenne par semaine) avaient des télomères plus courts que ceux faisant régulièrement de l'exercice pendant leurs loisirs (199 minutes d'exercice).

La différence moyenne dans la longueur des télomères était de 200 nucléotides, ce qui correspond environ à 10 ans.

Autrement dit, "les personnes plus actives avaient des télomères d'une longueur comparable à des personnes sédentaires dix ans plus jeunes", dit Dr Lynn Cherkas, principale auteure de cette recherche.

Cette relation entre la longueur des télomères et le niveau d'activité physique restait significative même après avoir pris en compte l'indice de masse corporelle, le tabagisme, le statut socio-économique et le degré d'activité physique au travail.

Le contact excessif des cellules avec l'oxygène et l'inflammation qui en résulte seraient probablement des mécanismes par lesquels la vie sédentaire raccourcit les télomères, selon les auteurs de cette étude.

L'activité physique pourrait aussi diminuer le stress psychologique réduisant ainsi ses effets sur les télomères et le processus de vieillissement.

Selon le Dr Jack Guralnik du National Institute on Aging américain, en éditorial de la revue, plus d'études sont nécessaires pour s'assurer que l'exercice physique était bien la cause du moindre raccourcissement des télomères bien que plusieurs facteurs aient été considérés dans l'analyse mais cette recherche, avec d'autres, supportent l'utilisation des télomères comme mesure du vieillissement biologique.

PsychoMédia avec sources:
BBC News

Les recherches suivantes utilisaient également les télomères comme marqueur de l'âge biologique:

La vitamine D pourrait ralentir le vieillissement
Alzheimer: comment le stress chronique des aidants réduit leur longévité

Voyez également:

DOSSIER : Réussir à faire de l'exercice

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Santé et bien-être.